Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 22






Le site de Ciné junior

Les longs-métrages en compétition

  • Saimir de Francesco Munzi (Italie)
  • Franz et le Chef d'Orchestre de Uzi & Lotta Geffenblad (Suède)
  • Le Chien Jaune de Mongolie de Byambasuren Davaa (Allemagne)
  • Vendredi ou un autre jour de Francesco Munzi (Belgique)
  • L'iceberg de Dominique Abel, Fiona Gordon, Bruno Romy (Belgique)
  • L'Italien de Andreï Kravchuk (Russie)
  • Pavee Lackeen de Perry Ogden (Irlande)
  • Hayat de Gholam-Reza Ramezani (Iran)
Le jury du 16e prix Ciné Junior
  • Jean-François Laguionie, réalisateur, scénariste, producteur et directeur de la photographie
  • Olivier Demay, coordinateur pour l'association "Les enfants de cinéma"
  • Véronique Le Bris, journaliste à Zurban
  • Valérie Potonniée, chef opérateur
  • Nathalie Hubert, monteuse
  • Jérôme Vidal, producteur chez Lazennec productions
Et aussi
  • une compétition internationale de courts métrages
  • le vidéorama : une sélection de longs et courts tournés en format vidéo
  • découvrir les classiques avec Akira Kurosawa
  • Contes et cinéma : une sélection d'adaptaton de contes du monde entier
  • deux programmes d'animation pour les tout-petits
  • le ciné-concert sur l'oeuvre de Raoul Walsh Le voleur de bagdad, etc.

Palmarès
Grand Prix cinéjunior : L'italien
Mention spéciale : L'iceberg
Prix CICAE : Franz et le chef d'orchestre
Prix du jury Un été au ciné : L'iceberg
Prix des jurys jeunes : L'italien




CINEMA DE QUALITE POUR FUTURS CINEPHILES EXIGEANTS





Promouvoir le cinéma auprès de la jeunesse, voilà la tâche passionnante et ambitieuse que s'est fixée le Festival international Ciné junior du Val de Marne. Durant deux semaines, du 18 janvier au 1er février, les jeunes spectateurs vont ainsi s'en mettre plein les yeux avec une sélection internationale et inédite de films, mais aussi des ateliers, des rencontres, des débats, un ciné-conte musical et même la possibilité de devenir juré pour le prix du Public ou celui du Jeune public.

Et attention, ici, le maître mot est exigence. Les films de la sélection officielle traitent aussi bien de l'immigration (Saimir de Francesco Munzi) que de la vie des nomades mongols (Le chien jaune de Mongolie de Byambasuren Davaa, à qui l'on doit déjà L'histoire du chameau qui pleure). Quant au cinéaste mis à l'honneur à l'occasion de la section "promouvoir les classiques", il n'est autre que le grand réalisateur japonais Akira Kurosawa. Pas le premier nom auquel on pense lorsque l'on prépare une programmation jeune public… mais pas forcément le moins pertinent. Pourquoi, en effet, ne pas montrer aux enfants des histoires de "cow boys japonais", histoire de changer, et qui plus est lorsqu'ils sont réalisés avec talent ? Cela change de Miyazaki et il faut en profiter puisque les copies de Kurosawa deviennent rares ces temps-ci.

Forte de cette intuition, l'association Cinéma public, qui se bat pour un service publique de qualité en matière de diffusion et d’exploitation cinématographique, organise le festival Ciné junior en partenariat avec un réseau de salles Art et essai pour la 16e année consécutive. Son objectif est simple : aider concrètement les films susceptibles de participer à un véritable éveil artistique du jeune public et leur permettre de se faire connaître sur le territoire français. Apparemment cela arrange des personnes de couper dans les budgets qui permettent d'enseigner et de decrypter le cinéma, et donc l'image, aurpès des enfants et des ados. L'action culturelle a-t-elle encore un sens? Est-ce une cause perdue?

C'est pourquoi l'on retrouve une telle diversité dans les œuvres et les animations programmées au cours de la quinzaine. Entre les longs et courts métrages des sélections officielles, les documentaires (coup de coeur à Rivers and Tides), les films d'animation sur le thème de l'environnement pour les tout-petits, les contes portés au cinéma (il n'y a pas que Walt Disney), la production vidéo récente ou encore divers programmes vidéos pour chaque âge, un seul point commun : donner accès à des univers visuels originaux et à des sensibilités artistiques atypiques. Rien de tel, pour lutter contre l'uniformisation ambiante de nos écrans, que de former dès maintenant les cinéphiles de demain…

Pour toutes ces raisons nous sommes fiers de nous associer à un événement comme Cinéjunior, dont le travail, dans la durée, a montré toute la valeur des festivals de proximité. Partenaire de l'événement, Ecran Noir aime transmettre son regard singulier sur tous les cinémas, à tous les publics. De Kurosawa (rétrospective cette année) à Jiburo (Grand prix l'an dernier).



MpM