Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 23


  

Production : Pathé, Boréales, Kissfilms, M6 films, Cattleya, UFilms SA, Let’so Ya !
Distribution : Pathé distribution
Réalisation : Jamel Debbouze
Scénario : Jamel Debbouze, Frédéric Fougea, Jean-Luc Fromental, Pierre Ponce, Ahmed Hamidi, Victor Mayence, d'après Roy Lewis
Montage : Dorian Rigal-Ansous
Musique : Laurent Perez Del Mar
Effets spéciaux : Jola Kudela
Directeur artistique : Alexandre de Broca
Durée : 95 mn
 

Jamel Debbouze : Edouard
Mélissa Theuriau : Lucy
Arié Elmaleh : Ian
Patrice Thibaud : Vladimir
Christian Hecq : Siméon
Youssef Hajdi : Marcel
 

Page Facebook du film
La préhistoire au cinéma
 

 
Pourquoi j'ai pas mangé mon père



France / 2015

08.04.2015
 

Edouard, fils aîné du roi des simiens, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où on ne mange pas son père.


 
EN

 

haut
 




Le livre Bye Bye Bahia