Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 22






22-28 mars 2006
Cinéma Action Christine Odéon, Paris
4 rue Christine, 75006 Paris
réservation par France Billet
SITE OFFICIEL
sous le parrainage de Charles Berling
organisé par l'association Alliance en collaboration avec l'organisation Terre des Hommes France

Ecran Noir, aux côtés de RFI, La Vie et Alternatives Internationales, est très fier d'être partenaire d'un si bel événement. Depuis notre prise de position contre l'AMI, nous revendiquons ce droit que le cinéma peut-être utile d'une manière ou d'une autre, qu'un média se doit d'être activiste dans le sens noble du terme, que nous sommes tous reliés, interdépendants, interactifs. L'homme a des droits, le cinéma a ses devoirs.








PARABOLE(S) DE LA MAISON EN FEU

Tandis que le monde semble chaotique, que les plaques tectoniques nous secouent dans tous les sens (démocraties gauchistes en Amérique Latine, régimes néoconservateurs et ultra-libéraux en Occident, scission des classes en Inde et en Chine...), l'Homme cherche sa voie, ses combats, spirituellement, politiquement ou syndicalement. Et le cinéma n'est pas en reste, trouvant avec ses images et sa quête de sens, une issue logique à sa résistance contre une simple industrie commerciale.
Vincent Mercier, Président du Festival va même plus loin : "encourager la réflexion citoyenne et le passage à l'action en donnant à certains d'entre nous l'élan mobilisateur nécessaire et suffisant à un engagement volontaire au service d'une cause qui se traduise dans des faits."
Lutter contre les absurdités belliqueuses, combattre les injustices inhumaines, tracer des desseins au travers de visages héroïques ou maléfiques. Regarder le monde dans les yeux. Dignement : dans le respect que mérite chacun. Désir de liberté, d'égalité, et n'oublions pas la fraternité. Observer et comprendre les racines du mal pour essayer de faire le bien. Le cinéma, on l'a vu récemment avec des documentaires aussi variés que Le cauchemar de Darwin ou Enron, s'attaque à l'actualité, explique les systèmes, essaie de dévisager et analyser nos erreurs, même si elles sont humaines

36 films de 12 pays, un total de 60 projections
Le programme se divise en trois parties :
- documentaires (jury présidé par Claude Ribbe, écrivain, réalisateur, et historien)
- dossiers et grands reportages (jury présidé par Yves Billon, fondateur de Zarafa films et Les films du village)
- programme courts (jury présidé par Patrick Jean, réalisateur)
Par ailleurs trois grands thèmes recoupent l'ensemble des débats :
- le rôle de l'ONU dans la prévention des conflits et le maintien de la paix
- l'évolution des sociétés en Amérique Latine (avec le cas particulier de la Bolivie, de la Colombie, du pérou et de l'Argentine)
- les menaces en matière d'atteinte aux droits humains dont sont porteurs un certain nombre de projets éducatifs en France et aux Etats Unis.
La plupart des films sont suivis d'un débat thématique lié au sujet.

Voici une sélection subjective en 13 films, qui vous donne une idée du spectre passionnant des sujets abordés.
- Alerte à Babylone (Jean Druon), ou la contrainte humaine et sociale de la croissance dans les grandes cités
- Borry Bana, le destin fatal de Norbert Zongo (Luc Damiba, Abdoulaye Diallo), qui revient sur l'assassinat du créateur du journal du Burkina Faso, L'indépendant.
- Caitiverio, otages en Colombie (Munoz Moncayo Cayo Alberto) qui, avec une série d'entretiens pointe du doigt le fléau du kidnapping en Colombie - en dehors d'Ingrid Bétancourt, cela concerne 5000 personnes!
- Darfur Diaries - message from home (Adam Shapiro, Aisha Bain, Jen Marlow) montrant (enfin?) vraiment les populations exilées du Soudan vers le Tchad.
- Exit (Fernand Melgar) présente le travail d'une association chargée d'accompagner légalement l'euthanasie.
- J'ai serré la main du diable (Peter Raymont) propose un portrait de Roméo Dallaire, général canadien impuissant durant les 100 jours de génocide au Rwanda - incarné par Nick Nolte dans Hotel Rwanda
- Les enfants de la montagne d'argent (Juan S. Betancor) qui relate les conditions atroces de l'exploitation d'une mine bolivienne - dont on peut voir un écho dans Carnets de Voyage
- Les enfants perdus de Tranquility Bay (Jean-Robert Viallet, Mathieu Verboud), observant les enfants internés dans un camp de redressement (violences physiques, lavages de cerveau) au nom des valeurs autoritaires de l'ultrafondamentalisme mormon.
- La guerre du coton (Bernard Robert-Charrue) ou le déséquilibre entre les subventions des pays riches défendant leur 30 000 producteurs de coton au détriment des 10 millions d'Africains lésés.
- Mitumba (Raffaele Brunetti) raconte le voyage d'un T-shirt de football autour de la planète en 52 minutes. Mondialisation et recyclage.
- Occupation Dreamland (Garrett Scott, Ian Olds), pas si loin de Jarhead, puisque le film documentaire observe un bataillon de soldats américains dans la spirale fatale qui conduira à la destruction de Fallouja.
- Un président sous influence (Rachel Boyton) ou les coulisses du marketing politique à l'américaine (Wag the Dog en vrai!) sur une élection présidentielle en Bolivie.
- Voisins (Rouven Rech) qui dresse l'opposition entre une nouvelle ville résidentielle et "idyllique", mais ultra sécurisée et un quartier pauvre à sa frontière, fournisseur de travailleurs précaires.
Avec un vif intérêt on ne manquera pas les portraits de John Negroponte (ancien ambassadeur des USA en Irak et nommé directeur de la CIA), Jean-Bertrand Aristide (président haïtien en fuite), Zainap Gashaeva (ancienne femme d'affaire tchétchène), Khadia Diallo (sénégalaise ayant subit l'infubilation), Howard Zinn (historien auteur du best seller Une histoire populaire des Etats Unis).





vincy