Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 21






site officiel
Locarno sur Ecran oir depuis 2004, livres, films, entrevues

* Jurys
Compétition internationale : Barbara Albert (réalisatrice autrichienne), Edo Bertoglio (photographe suisse), Antonio Capuano (réalisateur italien), Emmanuelle Devos (actrice française), Ann Hui (réalisatrice chinoise), Peter Rommel (producteur allemand), Nobuhiro Suwa (réalisateur japonais).

Compétition Cinéastes du présent : Emmanuelle Antille, Tania Blanich, Hernan Musaluppi, Rafi Pitts, Heidrun Schleef

Première œuvre : Lisandro Alonso, Christian Baute, Joao Pedro Rodriguez

Léopards de demain : Jacquelin Ada, Jan Cvitkovic, José Dubey, Thanassis Karathanos, Clara Khoury

Netpac : Shozo Ichiyama, Min Byung Lock, Indu Shrikent

* Honneurs
- Rétrospective Aki Kaurismäki (cinéaste finlandais) : intégrale, livre, expo, carte blanche, projection sur la Piazza Grande des Lumières du Faubourg
- Léopard d’honneur : Alexander Sokourov (cinéaste russe) : L’arche Russe sur la Piazza Grande, avant-première mondiale de Elegy of Life
- Locarno Excellence Award : Willem Dafoe
- Hommages : Pio Bordoni (avec la projection de Come faye a vedere le rondoni) et Juan Pablo Rebella (avec la projection de Whisky, Daniel Schmid (cinéaste suisse décédé pendant le festival)

* Rendez-vous incontournables
Les lumières du Faubourg
L’arche russe
Indigènes
La raison du plus faible
Enfin le nouveau Michael Mann, Miami Vice


* Master Class : Marthe Keller

* PALMARES
- Leopard d'or : Das Fraulein (Andre Staka)
- Prix spécial du jury : Half Nelson (Ryan Fleck)
- Prix de la mise en scène : Laurent Achard (Le dernier des fous)
- Prix d'interprétation féminine : Amber Tamblin (Stéphanie Daley)
- Prix d'interprétation masculine : Burghart Klaussner (Der Mann von der Botschaft)
- Mention spéciale au film : Body Rice (Hugo Vieira da Silva)
- Léopard d'or cinéastes du présent : Verfolgt (Angelina Maccarone)
- Léopard de la première oeuvre : L'année suivante (Isabella Czajka)
- Mention spéciale du jury de la première oeuvre : So lange du hier bist (Stefan Westerwelle)
- Prix du jury des jeunes : Das Fraulein
- Prix de la critique (Fipresci) : Don't look back (Young Nam Kin)
- Prix du public : Das Leben der anderen (Florian Henkel von Donnermarck)



Les lumières de la ville





Nouveau directeur, changement d’orientation. Locarno 2006 devait se repositionner pour ne pas perdre son identité, entre deux ogres comme Cannes et Venise. Principal festival estival, il devait persévérer dans la recherche de nouvelles figures expérimentales, son travail approfondi sur le patrimoine cinématographique et ne pas vider la Piazza Grande, en conservant un ou deux événements.
Clairement art et essai, Locarno pourrait, à terme, devenir le festival populaire que Rotterdam n’est pas et le laboratoire cinématographique que Venise n’est plus. Le cinéma au cœur de l’événement, la découverte comme cadre légitime, voilà ce qu’espère le nouveau patron, Frédéric Maire.

Locarno 2006 sera donc un carrefour entre les genres cinématographiques, les cultures mondiales et les formes visuelles. Quoi de commun entre Miami Vice, Willem Dafoe (Prix d’excellence 2006), Robert Guédiguian, Indigènes, Aki Kaurismäki, Little Miss Sunshine, un film gore britannique, Alexandre Sokourov, Vincent Dieutre ? Une même passion ? Un langage similaire ? Une envie de voir le monde à travers un prisme qui est propre à chacun, des Lumières du faubourg aux sons de Neil Young.

Le festival se recentre (170 films venus de partout, hormis d’Afrique, soit 30% de moins comparé à 2005), évolue (Cinéastes du présent remplace la compétition Vidéo), un nouveau jury et un prix transversal (Léopard de la première œuvre, toutes sélections confondues, à l’image de la Caméra d’or à Cannes).
Sur la Piazza Grande, Michael Mann, Rachid Bouchareb, Jonathan Demme, Lucas Belvaux, Aki Kaurismäki se relaieront pour séduire le grand public. Notons que 11 de ces œuvres seront des avant-premières mondiales. La Compétition officielle (20 films de 15 pays) fera coexister Kim Young-Nam, Marc Recha, Roberta Torre, Laurent Achard, Tsai Ming-Liang et Jia Zhang-Ke (dans la rétrospective Three Digital Shorts) et des vedettes comme Ryan Gosling, Anna Mouglalis, Tilda Swinton, Timothy Hutton, …

Des honneurs à Sokourov (avec la présentation de L’Arche Russe) à la rétrospective hommage au grand Kaurismäki (en ajoutant une exposition photographique et sa carte blanche comprenant Bunuel, Murnau, les Dardenne, Ozu, Bresson, Godard, Tati, Keaon, Cassavetes…), Locarno se situe dans une certaine tradition où l’avant-garde et le style font acte de foi cinématographique. On peut être moderne en étant classique, novateur sans être marginal.
D’Asie du sud-est à la Catalogne, Locarno ouvrira ses montagnes à d’autres saveurs. Mais le festival n’oublie pas sa place singulière dans le monde en consacrant des films « humanitaires », ajoutés à quelques débats politiques. Même si la sélection « Human Rights » a été supprimée.

De quoi se singulariser pour que le rendez-vous reste à dimension humaine mais soit toujours « bigger than life ».

BREVES EN DIRECT
* Remous dans le jury!
Devos annule 24 heures avant le début du festival. Soit. Mais à 3 jours du palmarès c'est Barbara Albert qui démissionne, car consultante sur un film en coépétition : ça fait désordre. Ann Hui a été nommée Présidente du jury, de 5 membres.
* Film surprise
Pour le lancement des festivités du 60è Festival de Locarno, le Festival a annoncé la diffusion, après la proclamation du palmarès, de To die for de Gus Van Sant, primé en 1995. Van Sant, par ailleurs, produisait un film présenté au Festival cette année : Wild Tiger I Have Known.

* 78 400
Record de fréquentation sur l'ensemble du festival : c'est le nombre de spectateurs sur la Piazza Grande, soit près de 10 000 de plus que l'an dernier. Dans les salels en revanche, légère diminution (114 200 contre 120 500 en 2005). Le nombre d'accrédités est stable.

* 8 000
Record de fréquentation sur la Piazza Grande pour l'hommage à Aki Kaurismäki et la projection des Lumières du faubourg. Il bat d'une court tête les 7900 spectateurs pour la soirée consacrant le cinéma suisse avec la projection de Mon frère se marie, jolie comédie de Jean-Stéphane Bron.
* + 2
Il a fallu rajouter deux projections au documentaire sur l'éditeur/libraire Fertinelli. Le film a remporté un vif succès alors qu'il n'était diffusé qu'en allemand et en italien, le coupant ainsi des médias et des francophones.

* Das Fraülein
Grand vainqueur avec le Léopard d'or, le prix des ciné clubs,; le prix des jeunes, la mention spéciale des Cinémas art et essai. D'un pioint de vue général le cinéma suisse et le cinéma allemand ont remporté tous les suffrages côté jury, critique et public.

* Bizutage réussi
Hormis le caffouillage du jury, la première "présidence" Maire s'est bien passée. Certains ont regretté la tendance au "moins" (de films, de gens, d'ambiance). Et un déséquilibre flagrant dans l'intérêt des sélections... Il y avait moins de tentations à aller tout voir... Mais le principal n'est pas là : de la rétrospective Kaurismaki à d'excellents films venus d'Allemagne, d'Amérique ou même de Suisse, Locarno a surtout montré qu'il y avait matière à faire contrepoids à la machine vénitienne.



Vincy