Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 22









EQUIPE DU PRIX

Président:
Emmanuel Giraud

Rédacteur en chef de La Lettre:
Julien Husson

Vice-présidente:
Monique Delaugerre

Agit'prop:
Eva Truffaut

Délégué général:
Alexis Vonarb

Presse & communication:
Grégory Gajos

Coordination:
Rémi Jimenez

Réalisation graphique:
Dimitri Staub

Accueil des réalisateurs:
Marina Deak

Conception réalisation bande- annonce:
Nathalie Charles et Laurent Lacotte

Catalogue:
Frédérique Bellony

Réceptions:
Nathalie Dagès

LE COMITE DE SELECTION

La sélection est effectuée par de jeunes critiques qui appartiennent pour la plupart au comité de rédaction de "La lettre du Cinéma". Durant toute l'année, les membres s'engagent, par l'intermédiaire des festivals et des relations diverses, à défricher le territoire immense des films inédits. La sélection se compose au fur et à mesure des réunions et les décisions finales sont effectuées de manière collégiale. Ainsi, le comité de sélection se compose cette année de:

Christophe Atabekian, Judith Cahen, Vincent Dieutre, Benjamin Esdraffo, Hélène Frappat, Grégory Gajos, Julien Husson, Rémi Jimenez, Laurent Lacotte Christine Martin, Sandrine Rinaldi Axelle Ropert, Eva Truffaut, Alexis Vonarb

LE JURY

Dix personnalités appartenant à divers domaines du cinéma constituent le jury (réalisateurs, critiques, producteurs, techniciens et un exploitant nommé par l'AFCAE). Ainsi, le jury est composé cette année de:

Dominique Auvray (monteuse), Delphine de Blic (étudiante à Louis Lumière), Richard Boidin (directeur du cinéma chez Arte), Marilyne Canto (comédienne), Xavier Carniaux (producteur AMIP), Françoise Etchegaray (productrice et réalisatrice chez Les Films du Losange), Emmanuelle Gabet (étudiante à la Fémis), Hervé Le Roux (réalisateur), Jacques Mercier et Dominique Welinski (distributeurs chez CARAM), Sylvie Pierre (critique à Trafic), Eric Reiffsteck ( exploitant chez AFCAE), Olivier Séguret ( critique à Libération)

Le jury récompense deux films parmi les 10 longs métrages de la sélection

LES RECOMPENSES

Deux films de la sélection sont primés par le Jury. Les prix suivants sont remis aux lauréats:

Médiavision : Médiavision offre 200.000 francs d'espaces publicitaires aux films primés

G.T.C. : Les laboratoires G.T.C. offre 60.000 francs pour le tirage des copies des films primés

Métrobus : Métrobus offre 300.000 francs d'espaces d'affichage. Traditionnellement, une photo de Georges Sadoul signée par Henri-Cartier Bresson est remise à chacun des lauréats

LES PARTENAIRES

C.N.C., Médiavision, G.T.C., Ministère des Affaires Etrangères, Titra Films, Fémis, Kodak, A.F.C.A.E., La Cinémathèque Française, Dix et demi Quinze, Mairie du 19e, MK2



La sélection de dix premiers et deuxièmes longs métrages inédits présentés lors du Festival International du Prix Georges et Ruta Sadoul prouve par les films que le cinéma sert encore à défendre un point de vue sur le monde, une exigence aussi bien esthétique que politique.





HISTOIRE DU PRIX SADOUL

En mémoire de Georges Sadoul, historien, critique de cinéma, auteur de L'histoire du cinéma mondial - que Godard compare à "une petite cinémathèque portative et vivante" - est créé en Janvier 1968 le Prix Georges Sadoul, qui couronne chaque année deux premiers ou seconds longs métrages français et étrangers. Ruta Sadoul, femme de Georges Sadoul, fonde avec Joris Ivens, l'Association des Amis de Georges Sadoul, que préside Louis Aragon. En font partie : Henri Langlois, l'historienne Lotte Eisner, Yvonne Baby et Monique Delaugerre, les critiques Jean-Louis Comolli et Louis Marcorelles. Un comité d'honneur, composé notamment de Robert Bresson, Luis Buñuel, Henri Cartier-Bresson, René Clair, François Truffaut, Jean Rouch, Paul Sadoul, est présidé par les cinéastes Jean Renoir et Louis Malle, et par le directeur de la photographie Henri Alekan.

Ce qui a caractérisé le Prix Sadoul depuis sa création en 1968, c'est la volonté permanente de révéler, en France et à l'étranger, les premiers films de jeunes réalisateurs, afin de perpétuer la démarche de Georges Sadoul, toujours à la recherche de nouveaux talents. Pendant plus d'un quart de siècle, et jusqu'à sa mort en 1993, Ruta Sadoul a animé et présidé ce prix grâce à sa personnalité et son infatigable passion du cinéma. Un jury venant des horizons les plus divers a su trouver une communauté de points de vue sur les films en train de se faire, un peu partout dans le monde.

Depuis sa création, le prix a permis de révéler des cinéastes qui bénéficient, aujourd'hui, d'une forte reconnaissance. Pour la France, Marcel Ophuls, Depardon, Guédiguian, côtoient Mazuy, Desplechin, Ferreira-Barbosa et Le Roux. Quant à la sélection étrangère, elle comporte des noms aussi prestigieux que Iosseliani, Kramer, Angelopoulos, Ouadraogo ou Campion. Le Prix Sadoul a ainsi affirmé au fil des années sa pertinence, son originalité et réussi son projet originel. Trouver, aimer et révéler les nouveaux représentants des cinématographies françaises et internationales, voilà le rôle du Prix Sadoul, devenu en 1993, le Prix Georges et Ruta Sadoul. Une jeune équipe, dirigée par Emmanuel Giraud, poursuit cette histoire.

LE PRIX SADOUL AUJOURD'HUI

Lorsque Georges Sadoul fonda La Semaine Internationale de la Critique à Cannes, il suffisait alors de décerner une mention pour soutenir les films. Aujourd'hui, pour défendre des films singuliers, des oeuvres qui ont l'ambition du risque, qui cherchent, qui innovent, aimer ne suffit plus. Il faut que nos efforts soient concrets pour être à la hauteur de nos ambitions. C'est pourquoi, depuis 1995, la nouvelle équipe du Prix Georges & Ruta Sadoul a décidé d'offrir une plus grande visibilité aux films sélectionnés et de leur donner la plus large couverture médiatique et professionnelle possible.

La première étape de cette démarche fût de transformer le Prix Sadoul en un festival ouvert au public qui, par sa présence et sa curiosité, permet aux films d'exister. Dans un second temps, un effort particulier est effectué en direction de la presse et des professionnels afin qu'ils puissent rendre compte et prendre connaissance des films sélectionnés. C'est l'objectif principal du Prix Sadoul: apporter une aide à la distribution des oeuvres sélectionnées.

Ainsi, la troisième phase de la logique est d'offrir, par l'intermédiaire de partenaires financiers - Médiavision à hauteur de 200.000 F et GTC à hauteur de 60.000 F -, des aides concrètes à la distribution pour les deux lauréats de la compétition. En résumé, le Prix Geogres et Ruta Sadoul se donne trois objectifs : Programmer, Projeter et Soutenir la diffusion des films sélectionnés.