Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  

Production : DreamWorks SKG, 20th Century Fox, ImageMovers
Distribution : UFD
Réalisation : Robert Zemeckis
Scénario : Clark Gregg, histoire de Sarah Kernochan et Clark Gregg
Montage : Arthur Schmidt
Photo : Don Burgess
Décors : Karen O'Hara
Musique : Alan Silvestri
Durée : 126 mn
 

Harrison Ford : Norman Spencer
Michelle Pfeiffer : Claire Spencer
Diana Scarvid : Jody
Miranda Otto : Mary Feur
Joe Morton : Dr. Drayton
James Remar : Warren Feur
Ray Baker : Dr. Stan Powell
 

 
 
What Lies Beneath (Apparences)


USA / 2000

13.10.00
 

C'est évidemment une des affiches les plus excitantes de l'année, avec derrière la caméra un golden boy d'Hollywood, et devant, deux mégas-stars réunies pour la première fois : Harrison Ford et Michelle Pfeiffer. Sexy sexy.




En s'aventurant à l'ombre du Maître Hitchcock, Zemeckis prend le risque de dérouter le spectateur qui y verra une dose de 6ème sens, un brin de Fenêtre sur cour, et de la sauce Liaison Fatale. Bref un fourre-tout qui risque d'être indigeste pour un public gavé de surnaturel. Aussi, seul l'aspect thriller, dans un été plutôt d'action et d'animation, peut séduire les cinéphages.
Seulement voila, il y a tromperie : Harrison Ford est ici un quasi second rôle, en étant presque totalement absent de la première heure du film. A cela s'ajoute le score historique de l'excellent X-Men, et vous pouviez avoir LA contre-performance de l'été. Pourtant ce troisième week-end de juillet porte chance à Ford, qui a lancé aux même dates Le Fugitif, les Jack Ryan et Air Force One.
Le scénario multiplie les rebondissements (et aussi les invraisemblances) et devrait atteindre son but : nous faire palpiter avec un bon vieux suspens abracadabrant. Pour DreamWorks, c'est aussi une occasion d'aligner un troisième hit estival, après Gladiator et Chicken Run. Avec un budget relativement contrôlé à 65 millions de $, What Lies Beneath, tourné à l'automne dernier, devra assurer face à la concurrence en Amérique comme en Europe, malgré ses atouts. Un an après la référence qu'est Le Sixième Sens, il va être difficile de marketer le film auprès des jeunes qui n'ont pas accroché aux récents films de Ford et Pfeiffer. Pour les deux stars, un flop remettrait radicalement leur statut en question. Pour le réalisateur, en revanche, en flirtant avec un cinéma classique et sans trop de technologies, le risque est moins important; d'autant que son prochain opus, Cast Away, avec Tom Hanks et Helen Hunt, sort à Noël.
 
vincy
 
 
 
 

haut