Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  

Production : ADR Productions
Distribution : Tfm Distribution
Réalisation : Richard Dembo
Scénario : Richard Dembo
Montage : Isabelle Devinck
Photo : Laurence Fleutot
Décors : Christian Marti
Son : Michel Casang, Christophe Winding, Dominique Hennequin
Durée : 110 mn
 

Agnès Jaoui : Nina
Sarah Adler : Marlène
Gaspard Ulliel : Izik
Katia Lewkowicz : Eva
Adèle Csech : Sylvie
Jeremy Sitbon : Georges
 

Site officiel
 
 
La maison de Nina


France / 2005

12.10.05
 

Douze ans que Richard Dembo n'avait plus tourné après l'échec de L'instinct de l'ange en 1993, peignant l'histoire d'un pilote (Lambert Wilson) en mal d'extrême pendant la première guerre mondiale. Depuis, le réalisateur était passé à l'opéra avec la mise en scène de la "Bohème" et des "Contes d'Hoffman". En 1996, il co-écrivait l'adaptation des "Palmes de M. Schutz", aux côtés de Claude Pinoteau et Jean-Noël Fenwick. La page semblait tournée, après ses heures de gloire de 1984 : franc succès critique, sa Diagonale du fou, remportait le Prix Louis Delluc et, l'année suivante, le César de la meilleure première œuvre, l'Oscar du meilleur film étranger, entre autres nominations dont une aux Golden Globes. Un film sur l'affrontement de deux champions d'échecs russes et fond de dissidence communiste. Tour magistral pour notre cinéaste, écrivain ("Le jardin vu du ciel") et metteur en scène, cofondateur de la Quinzaine des Réalisateurs en 1969 avec Pierre-Henri Deleau, créateur de la Société des Réalisateurs et de l'ARP. Dembo avait été, entre autres grands noms, l'assistant de Jean Schmidt, George Stevens et André Téchiné. Brutalement décédé à l'âge de 56 ans, le 11 novembre 2004, en plein montage de La maison de Nina, ses proches collaborateurs ont assumé la délicate tâche de mener le film à terme, se rapprochant au mieux des intentions artistiques, premières visées et notes du cinéaste, se fiant à deux pré-montages réalisés avant sa disparition, un de 2h38, l'autre de 2h15 avec sa monteuse Isabelle Devinck. Secondée par la femme même de Richard Dembo, Jessica (détentrice du final cut), Alain Rozanes et Pascal Verroust, les producteurs du film et Agnès Jaoui, Isabelle Devinck parvint à achever cette dernière œuvre. Jean-Paul Rappeneau et Costa Gavras, cinéastes que Richard Dembo souhaitais consulter, apportèrent leurs regards avertis. Un délicat travail d'équipe. A l'arrivée, d'inévitables questions restées sans réponses. Pascal Verroust se souvient : "Isabelle Devink a été extrêmement importante sur toute la fin du film. Elle a vécu quelque chose d'inouï. Nous étions tous orphelins de notre réalisateur. Mais elle a été un roc pendant le montage. Ce film est très proche de l'idée que pouvait s'en faire Richard quand il est parti. Ce qu'on n'a pas, et ce qu'on n'aura jamais, c'est ce qu'il aurait pu inventer entre les images. On ne sait pas où sa réflexion l'aurait conduit". Agnès Jaoui, envoûtée par le travail de Dembo dès lecture du script s'est naturellement joint à cette construction de puzzle. Confidences : "J'étais contente de faire ça. D'abord parce que j'adore le montage que ce soit sur mes films ou ceux des copains. Souvent, je passe les voir à ce moment là. A l'étape du montage, tu redonnes vie à quelque chose. C'était encore plus vrai sur La maison de Nina. J'avais l'impression de retrouver Richard, que l'on prolongeait l'aventure de son film. C'était agréable d'être réunis autour de ce montage. Même si la dernière semaine est devenue un peu plus difficile parce qu'il fallait prendre les décisions finales qui ne m'appartenaient pas puisque c'est Jessica qui avait le final cut".





L'Histoire, la vraie
Les maisons d'enfants : page méconnu et pourtant incontournable de la Shoah. Elle furent crées en 1944 pour d'accueillir les enfants juifs cachés. Dès 1945, après la Libération, y vécurent les enfants et adolescents survivants en camps de concentration. La maison de Nina est inspiré de l'authentique histoire de ceux qui ont survécu de Buchenwald. 200 d'entre eux, la plupart originaires des pays de l'Est, furent accueillis en France à l'initiative du Général De Gaulle.
Nombre de ces maisons restèrent ouvertes jusqu'aux années 60, consacrées à l'aide sociale aux familles juives. Dans sa jeunesse, Richard Dembo avait connu l'une d'entre elles, transformée en colonie de vacances. Certains amis du cinéaste avaient eux-même été des enfants cachés pendant la guerre. Vocations religieuses ou socialo-communistes dans le sillage du sionisme : la reconstruction identitaire, tant individuelle que communautaire, fut naturellement la priorité de ces maisons d'enfants, quelle qu'en soit l'orientation. Le film de Richard Dembo équilibre subtilement ces deux vocations, accordant toute priorité à l'épanouissement via reconquête des essences vitales, au retour aux sources tant intimes que psycho-culturelles, tant physiques que spirituelles. Chaleureux hommage avant que le cinéaste ne tire sa grande révérence.
 
Sabrina
 
 
 
 

haut