Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
Blood simple (Sang pour sang)


USA / 1984

01.85
 



ECHANTILLON DECENT





Blood Simple est un film magnifique, un polar noir, très noir inspiré des œuvres de Raymond Chandler et James Mc Bain, le récit d’un engrenage fatal menant à la violence et au crime, une simple histoire d’adultère qui se transforme en bain de sang.
Le premier film des frères Coen est un coup de maître, abordant déjà des thèmes omniprésents dans leurs œuvres futures : l’argent qui pousse au crime, le petit grain de sable qui fait déraper l’histoire dans la folie et la violence.
Non seulement le scénario est pour les amoureux de polar un vrai plaisir, mais la réalisation magnifie l’histoire, lui donnant des airs de tragédie antique. Le jeu sur la lumière, la photographie remarquable de Barry Sonnenfeld (futur réalisateur de La Famille Adams et Men In Black) contribuent à créer cette ambiance crépusculaire. Les acteurs aux visages fatigués sont dépassés par les évènements, ne réagissant qu’instinctivement. Sans dévoiler l’histoire, rarement un meurtre n’aura été si douloureux, si difficile. Les critiques américains avait comparé à la sortie initiale du film les frères Coen à Hitchcock. Il est vrai que rarement la violence n’avait été aussi terrifiante, jamais le suspense aussi brillamment mis en scène depuis les films du maître anglais. Chaque détail est important, chaque plan recèle une part de vérité.
En plus d’être de remarquables scénaristes et d’excellents réalisateurs, les frères Coen sont de grands directeurs d’acteurs. Les comédiens, John Getz et Dan Hedaya en tête sont exceptionnels et interprètent à merveille des personnages marqués, désabusés, en proie au doute. Et puis, dans Blood Simple, il y a déjà la touche Coen Brother, cette distance ironique, cet humour noir si grinçant. Par des travelling virtuoses au dessus d’un pochetron dans un bar ou sur les chaussures de Meurice, par la gouaille et les réflexions du détective privé, ils parviennent à arracher de nombreux rires à nous, spectateurs qui avons pourtant la gorge noué par le suspense.
Blood Simple est donc le polar de l’été, peut-être même de l’année. Comme tout chef d’œuvre, il n’a pas pris une ride et sa ressortie n’est à manquer sous aucun prétexte tant le style, la réalisation trouvent un écho supplémentaire sur grand écran.
Il annonçait le génie des frères Coen qui signeront avec Miller’s Crossing et Fargo, deux nouveaux films noirs magnifiques. A part John Dahl (Red Rock West, Kill Me Again), personne n’a réussi comme eux des polars à l’ancienne ces vingt dernières années.
 
yannick

 
 
 
 

haut