Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


Sony  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Rent


USA / 2005

12.04.06
 








OFF THE TOWN

"- Comment avoir le feu sacré si t'as rien à brûler?"

Conséquence de l'Oscar non mérité pour Chicago, les studios hollywoodiens rêvent d'un nouveau filon : le pas de deux enchantant de la comédie/tragédie musicale de Broadway et de sa déclinaison cinématographique par Hollywood. Le Fantôme de l'opéra nous avait déjà glacé par sa mièvrerie romantique. Les producteurs avait réussi l'incroyable pari de perdre du rythme et du panache dans le transfert de la scène au celluloïd. Rent fait coup double en oubliant la subversion / provocation du spectacle original et en transformant le New York sordide et underground de la fin des années 80 en univers kitsch et sorti des archives de MTV. L'escapade à Santa Fe est un monument de ridicule... On préférera revoir Fame (d'Alan Parker) pour comprendre à quoi ressemble la foi artistique. Ne parlons pas du portrait aseptisé des exclus. Rien de vécu. La musique a terriblement vieilli. la mise en scène pataude de Columbus ne transcende aucun des airs. On ne le dira jamais assez : une adaptation théâtrale à l'écran ne consiste pas à multiplier les décors et les extérieurs... Rent, au lieu de louer de l'espace pour ses plateaux, aurait du acheter un peu d'imagination... Une seule séquence se distingue, tant dans le fond (le texte) que la forme (la chorégraphie et la réalisation) : "La vie bohème". Un peu court pour un si long film. En formatant beaucoup trop son oeuvre, le faiseur de films familiaux n'a pas réussi son passage à l'âge adulte. Avec tant de matière - le super 8, le revival actuel et la nostalgie des eighties, le SIDA, la précarité ... - il est étonnant que cette production musicale rate son tango fatal avec la réalité. De quoi se laisser expulser sans peine de la salle avant la fin de ce bail, qui nous fait bailler...
 
vincy

 
 
 
 

haut