Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 23


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Le prix à payer


France / 2007

04.04.2007
 



LA VIE CHAIR

Le livre Bye Bye Bahia



«- Cette belle maison, on n’en profite jamais.
- On l’a, c’est l’essentiel.
»

Pas de cul, pas de fric ? Pas de rire, pas de public ? Pas de stars, pas de film ? Pas de morale, pas de télé ? Et caetera… Le slogan du Prix à payer pourrait se décliner à l’infini dans cette forme de clivage qui joue les maître-chanteurs de nos opinions.
Dans la première partie, grâce à cette opposition assez binaire mais très efficace, Alexandra Leclère dresse les uns contre les autres et obtient de jolis moments de comédie. Le casting est hors pair et caricatural à souhait. Chauffeur éternel (Le goût des autres), Lanvin stimule le talent de Clavier, qui n’a pas été aussi bon depuis Mes meilleurs copains. Est-ce un hasard ? Pailhas se complait dans son personnage de femme belle mais ingrate, sensible mais déterminée. Et Baye excelle, tout simplement, avec le meilleur des répliques, et des morceaux anthologiques. Le prix à payer flirte avec les bons Veber (l’amitié utopique entre le patron et son « valet » nous y fait fortement penser), s’octroie des instants de satire anti-riches assez jouissifs (De Funès n’aurait pas renier) et offre une vision subversive des babyboomers (transformés en décérbrés consuméristes et frustrés).
Le Splendid, le café de la gare ont fait des émules. Ce cinéma chic se paie le luxe d’assumer ce côté réac, conservateur, vieille France (on attend Bernard Blier à chaque changement de séquence), ace ce triptyque La patron, le macho et les garces. Nous ne pleurerons pas sur les malheurs de l’opulence, en revanche rien n’empêche de rire de ce cruel portrait d’incultes mal baisés. Il ya quelque chose de Chabrolien, entre bourgeoisie et bonnes bouffes. Les dîners, chez Leclère, sont toujours un élément cathartique. Dans les Sœurs fâches, Huppert et Frot en profitaient pour inverser les rôles, la dominatrice devenant soumise. Ici, les hommes reprennent le pouvoir.Il y a quelque chose d’animal, de violent, de compulsif dans leurs comportements. Fric et cul, comme les deux mamelles « coluchiennes »qui font tourner le monde rend fou puissants et miséreux. Tous à égalité. D’abord on négocie, ensuite on vire. Ce n’est pas la Guerre des Rose mais presque.
La dernière partie du film, hélas, patine un peu. Cherchant des issues, sans parvenir à un épilogue convenable (là encore on croirait du Veber), la cinéaste ralentit son tempo et dramatise son propos. Les jeux du simulacre se prennent trop au sérieux. Et cette prostitution déguisée n’affirme pas assez haut son amoralité. Cette fin en eau de boudin ne démontre rien. Les hommes savent craquer, mais les femmes ? «Tu comptes beaucoup pour moi.» Compter (sur l’autre) ou compter (sur l’argent de l’autre), serait ainsi fusionnel. Il manque peut-être quelques subtilités pour que le message soit plus limpide.
Cependant, soutenue par son quatuor au caractère bien trempé (dans le liquide), Leclère calcule bien. Où est l’amour s’il n’y a plus de sexe ? Où est l’amour quand le seul lien est le fric ? Et sans amour, la vie vaut-elle d’être vé-cul ? La solution est dans l’équation.
 
vincy

 
 
 
 

haut