Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Max & Co (Max and Co)


France / 2008

13.02.2008
 



MOUCHE QUI PIQUE N'AMASSE QUE COUIC





«- Rodolfo, salaud, le peuple aura ta peau.»

Petite fable sur le XXIème, Max & Co approche ce thème de la déshumanisation par le travail de manière très intéressante. Les frères Guillaume croquent l’espèce humaine par le biais des animaux. Idée superbe puisqu’elle déshumanise en un sens les personnages tout en les dotant de traits de caractère qui les rendent, d’une certaine façon, plus humains. Paradoxe ? Pas vraiment si l’on se retourne vers le grand maître de cet art, l’illustre Jean de le Fontaine qui utilisait aussi ce procédé afin de décrire et critiquer ses semblables. L’anthropomorphisme est alors à l’honneur.

Le duo de réalisateurs fait également appel à l’imaginaire de Métropolis ou encore Les Temps Modernes. L’écrasement par le travail, l’usine comme asservissement du peuple et le grand patron enfermé dans sa tour d’ivoire… Tout est réuni pour qu’un jour le peuple se soulève, se révolte afin de devenir son propre maître.
Derrière ses aspects très colorés et son humour franc, le film cache une véritable critique de la société actuelle. Si l’on creuse un peu, le film offre une palette bien plus large que le trio amour, amitié, humour qui, lui, saute aux yeux. Dans Max & Co, il est aussi question d’éthique, de solidarité, de travail juste. Certaines réunions qu’organisent les personnages ressemblent à s’y méprendre à celles de syndicats. A travers ce décor haut en couleurs et un univers simplifié, on peut voir le reflet de notre monde complexe d’aujourd’hui. Plus qu’un simple conte, Max & Co, encore une fois (et au risque de me répéter) à l’image des fables de La Fontaine, est une critique de notre monde du travail et de la voie qu’emprunte actuellement notre société.

Les idées sont bel et bien là. Les décors, séduisants, sont superbes et très inventifs. Cependant, le film comporte tout de même quelques bémols résidant essentiellement dans les personnages. Les techniques utilisées dotent ces derniers de démarches assez étranges et révèlent un manque d’expression sur leurs visages. De plus, l’interprétation n’aide pas vraiment à rendre ces personnages réalistes, notamment celle de Max qui a un débit de paroles des plus déplaisants. C’est dommage car les personnages en ressortent moins attachants. Sympathiques, on a cependant du mal à se retrouver en eux et à s’identifier à eux.
La déshumanisation a fait un pas de trop même si, une fois de encore, l’Animal se révèle être la plus belle caricature de l’Homme.
 
Morgane

 
 
 
 

haut