Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Paris


/ 2008

20.02.2008
 



PANAME, PANAME, PANAME…





“Ta vie est loin d’être finie. Si ça se trouve, elle n’a même pas encore commencé.”

Klapisch aime les comédiens. Il le montre avec ce film au casting alléchant, un brin surchargé. Ca se bouscule dans Paris et malgré quelques numéros d’acteurs savoureux (Fabrice Luchini – Mélanie Laurent, excellents) on reste un peu sur sa faim. Le scénario est beaucoup trop décousu pour que Paris mérite le nom de “film choral”. Car dans Paris, il y a moult partitions, moult histoires qui peuvent se toucher mais ne se rejoignent jamais. Contrairement à ce qui était annoncé, Duris n’est ni le vecteur ni l’acteur principal du film. Au fond, le seul véritable lien entre tous ces personnages, c’est Paris. Paris by night, Paris by day ; Paris social, Paris bourgeois ; Paris historique, Paris quotidien. Des poubelles au Moulin Rouge en passant par la Tour Eiffel, Klapisch a voulu tout montrer de la ville plutôt que de dire son Paris, n’hésitant pas à jouer sur les clichés. Il rend très bien sa vitalité cosmopolite mais le hic c’est que comme le chantait Léo Ferré, “Paname, on [l’]a chanté sur tous les tons”. Un panorama aussi généraliste de la ville ne présente donc guère d’intérêt, et on aurait aimé que le réalisateur en propose une vision plus personnelle. En outre, à trop vouloir multiplier les rôles, il échoue à les traiter en profondeur. Aussi, certaines histoires, tout juste effleurées, paraissent superflues ou inabouties. De même, l’émotion reste trop en surface pour emporter. En définitive, le plus réussi dans ce film, ce sont tous ces moments d’humour tendre dont Klapisch a le secret.
 
Karine

 
 
 
 

haut