Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Le coach


France / 2009

09.09.2009
 



UNE COMEDIE PAS TROP GRIPPEE





"- Si je comprends bien, vous me demandez de transformer un dauphin en requin!"

Pour beaucoup, le mois de septembre, c'est la fin de l'été, la rentrée au bureau ou à l'école, la dépression post-estivale, la grippe (peu importe laquelle) qui pointe le bout de son nez... Une comédie peut-elle nous évader de cette morosité?

Pour vous muscler les zygomatiques, elle compte sur son tandem de choc , digne d'un Francis Veber, à savoir : un cynique "pas- si- solide-que çà"(Richard Berry) et un "gentil mais pas idiot" (Jean-Paul Rouve). Entre eux, la mayonnaise prend vraiment, et certains de leurs dialogues frôlent ceux de La chèvre ou Les compères. Le bonus c'est évidemment l'opportunisme d'avoir choisi Anne Bienvenue chez les Ch'tis Marivin en DRH qui se lâche, un acteur de "Plus Belle La Vie" et un passage éclair de l'ex-nageuse et future décoratrice Laure Manaudou. Un casting qui est censé cibler chaque segment de marché.

Et justement, hormis ça, il n'y a pas grand-chose de nouveau dans la société française moderne (et terriblement clichée) : on se doute que tout cela finira bien. Ni daube ni navet, ni pépite, tous les ingrédients pour rire sont là : la mécanique est bien huilée, les protagonistes savoureux, il manque juste un soupçon de piment. On attend ce grain de folie qui sortirait le scénario de ses sentiers battus. Ce bémol, sans casser le rythme, rend ce produit formaté (90 minutes, idéal pour la télévision avec deux coupures de pub), mélodieux, prévisible, mais jamais (d)étonnant.
 
Claire Fayau

 
 
 
 

haut