Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
L'Arnacoeur


France / 2010

17.03.2010
 



TOY BOY (SCOUT)





"- Ca, c'est ses défauts ? Elle connait par coeur Dirty dancing... ?! C'est une blague ?
- T'as oublié qu'elle mange du roquefort au petit déj' !


Encore une comédie romantique française écrite en pensant plus au prime time des grandes chaînes de télévision que dans un souci de renouveau du genre. Son problème n’est pas d’être mauvaise (elle part au contraire d’une idée de départ amusante et repose sur un duo d’acteurs particulièrement glamour), mais d’être si terriblement formatée, si tristement dépourvue d'audace, si remplie de bons sentiments, qu’elle ne suscite aucune surprise.

Les conventions de ce type de film veulent que, dès le départ, le spectateur sache que les deux héros vont tomber dans les bras l’un de l’autre, tout l’intérêt résidant uniquement dans la manière dont ce rapprochement se produit. Il faut alors jouer sur le rythme de l’action, la justesse des dialogues et l’inventivité des situations.

Dans L’arnacoeur hélas, tout cet aspect du film ronronne poussivement, nous menant droit à l'épilogue sans jamais s'éloigner du sentier balisé. Lisse, efficace mais sans magie, le scénario se contente du minimum syndical en apportant un rebondissement tous les quarts d’heure, et en gommant tout semblant d'aspérité (la "profession" d'Alex aurait pu introduire une touche de cynisme, mais il a une "éthique", forcément irréprochable, qui en fait un boy-scout) . Même les seconds rôles (François Damiens, Helena Noguerra), qui offrent un formidable contrepoint à l’intrigue, manquent singulièrement d'épaisseur et de présence.

Quant à Romain Duris et Vanessa Paradis, ils ont beau ne pas manquer de charme, leur couple paraît artificiel et convenu. Par moments, ils semblent eux-mêmes peu convaincus par ce qu’ils jouent… et de ce fait, peinent à être convaincants. Certes, on ne s’ennuie pas franchement devant leur histoire, mais il n’en ressort aucune émotion, aucun plaisir qui ne soit pas purement mécanique. Peut-être parce qu’à trop calibrer les sentiments, on finit par leur faire perdre toute saveur.
 
MpM

 
 
 
 

haut