Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 41

 
Sex and the City 2


USA / 2009

02.06.2010
 



QUEENS OF THE DESERT





« - tu savais quand tu m’as épousée que j’étais davantage Coco Chanel que coq au vin. »

On prend les mêmes et recommence ? C’est presque ça mais avec un petit plus. Deux ans après le premier long métrage de Sex and the city, les quatre "it-girls" de Manhattan fuient de nouveau leurs vies respectives le temps d’une petite escapade entre copines. Après l'exotique Mexique, direction le glam' Abu Dhabi ! pour le plus grand bonheur de ceux qui attendaient avec impatience le bling bling fashion à contre-tendance de la crise. Le réalisateur et les quatre fashionistas s’en sont donnés à coeur joie in Abu Dhabi. Tenues, décors, tout est luxueux, somptueux, digne des Mille et une Nuits. Malheureusement, on tombe aussi très vite dans le too much… La vulgarité n'est pas loin.

Restons positif comme dans un magazine féminin. Comparé au premier opus dans lequel on ne retrouvait aucunement -ou si peu- l’essence même de la série, le deuxième opus offre des dialogues plus percutants et un esprit beaucoup moins politically correct. Là où il n’était question que de rentrer dans le moule, se marier et devenir la femme de, il est désormais questions de réflexions sur sa vie, son couple, de carcan dans lequel aucune ne souhaite s’enfermer ni se laisser enfermer. Le mariage n’est plus synonyme inexorable de bonheur.
On va du rôle de mère de Charlotte à l’envie de Miranda de concilier boulot et famille tout en passant par Samantha qui aborde sa ménopause avec joie, Stanford qui se marie en (très) grande pompe et le couple Carrie/Big qui, loin du chemin tout tracé après le mariage, ne désire pas d’enfant. Ce sera juste eux deux. Tous les méandres du feuilleton s'y croisent. Mais le long métrage nécessite des "bonus", à défaut de tenir la longueur.
Quelques petites surprises viennent jalonner le chemin sur lequel on croisera Liza Minnelli en grande forme, Pénélope Cruz -qui n’apparait que quelques minutes, dommage- en banquière croqueuse d’hommes, Miley Cyrus, mais surtout un ex-miss Bradshaw… et pas des moindres.
Le passage à Abu Dhabi est également l’occasion pour le film d’aborder des questions de fond qui n'évitent pas les terrains glissants. On pourra facilement reprocher au film l’utilisation de nombreux clichés (mais sont-ils finalement tous si loin de la réalité ?) concernant la place de la femme dans la société, la religion musulmane et son extrêmisme, ainsi que la glorification faite des États-Unis, ce pays de la liberté. Maladroit.

Le premier volet nous offrait une figure de la femme plutôt terne et s’asseyant sur tous les mouvements féministes pour nous murmurer à l’oreille que la femme n’est rien sans l’amour d’un homme. Désormais, les femmes ont retrouvé du panache et redeviennent quelque peu l’avenir de l’homme. On est encore loin de l’indépendance, de corps et d’esprit, prônée par la série ...
 
Morgane

 
 
 
 

haut