Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
La chance de ma vie


France / 2011

05.01.2011
 



LE FORT DE LA POISSE

Le livre Bye Bye Bahia



Si les jeunes filles fuient comme la peste Julien, les spectateurs, eux, ne devraient avoir aucune raison de s'échapper de La Chance de ma vie. Le réalisateur Nicolas Cuche a su trouvé les bons ingrédients pour apporter aux spectateurs une comédie drôle et rafraîchissante en ce début d’année 2011. Avec cette idée burlesque d'une poisse qui colle à la peau de Julien, les moments vraiment très comiques ne manquent pas. C'est rythmé comme du Veber, les gags s'enchaînent, et si l'histoire est convenue (un gars, une fille, un autre gars plus que parfait ...) elle n'ennuiera personne vu la courte durée de la comédie.

Le duo François Xavier Demaison - Virginie Efira donnent aussi le sentiment de complicité nécessaire. Virginie Efira prouve encore un, mais aussi, sans doute de sensibilité. Ni l'un ni l'autre ne sont des stars, des beautés formatées de cinéma. Efira possède un naturel qui fait tout son charme. Et Demaison oscille entre le désespoir et le déterminisme avec une énergie généreuse.
Mais pourquoi, en revanche, s'acharner à enrôler Elie Semoun, caricatural, et pas drôle, en en chef d’entreprise prétentieux ?

Pour le reste, on rit devant toutes les catastrophes imaginées : de celle qui se brûle les fesses sur les plaques de cuisson de la cuisine à celle qui atterrit à l’hôpital pour une allergie à la salive de Julien, les fous rires sont de mise. La retraite dans un monastère pour Julien réjouit tout autant, pas forcément pour ses blagues, mais pour le désespoir de son protagoniste. Il n’a tout de même rien perdu de son ancienne vie de conseiller conjugal puisqu’il tente de réconcilier les moines qui se disputent tout au long de la journée ! On pourrait croire à une parodie de Des Hommes et des Dieux. C'est involontaire, sans doute.

Alors, certes, ce n'est pas la comédie du siècle, certes, cela manque un peu de personnalité dans la mise en scène, mais, au moins, le divertissement est efficace, et moins cher qu'une boite de pilules anti-déprime.
 
elodie

 
 
 
 

haut