Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
Target (This Means War)


USA / 2012

21.03.2012
 



CIBLE TOURNANTE





«- C’est une fête familiale,

on ne va engrosser personne.
» On s’attendait à un film d’action, un style Mr & Mrs Smith mais avec l’option triolisme. Le prologue de Target nous y fait d’ailleurs croire, mélange de Mission : Impossible (musique, cascade) et de James Bond (costumes chics, drague ringarde). Les deux (mâles) font la paire.
Hélas, ou pas, l’action est de courte durée, et ne reviendra réellement que pour le final (décisif forcément) de ce qui ressemblera à un mix de Charlie’s Angels et de comédie romantique hollywoodienne. Tout est comédie, y compris le jeu des comédiens (notamment les actrices, Reese Witherspoon en Bridget Jones californienne incluse). Le métier d’espion n’est qu’un prétexte à farce (plus ou moins subtile) où deux coqs cherchent à séduire la même poule. L’humour est parfois gras (mais aussi drôle), même si les dialogues, à plusieurs degrés, ne sont pas ciselés à la perfection ; le rythme du film manque de cette légèreté qui forme les grandes comédies.

L’intrigue ne repose sur rien d’autre que le choix final de la demoiselle : lequel va être l’élu de son cœur ? Chris Pine, beau gosse, multipliant les plans cul et amant idéal ? Ou Tom Hardy, diablement sexy, plus romanesque et mari idéal ?
Au milieu de cette intrigue qui ressemble furieusement à Bridget Jones (again), le film se noie dans une jolie débauche de moyens rendant le décor aussi glamour qu’artificiel. Plus étrangement, il y a parfois quelques gros soucis de raccords qui suggèrent un certain bâclage de l’ensemble. C’est hélas cette impression qui écrase quelques séquences plus hilarantes tant elles sont grotesques.

Aussi, davantage que les astuces imaginées par les deux mecs pour empêcher l’autre de parvenir à ses fins, c’est le personnage féminin, exploité de façon caricatural, qui intéresse. Girl Power qui, à regret, se finira dans une morale formatée.
Elle en choisira un, malgré tout. Le protecteur ? Celui qui la changera ou qu’elle changera ? Le pire est justement de l'obliger à faire un choix avec, en malus, cette morale accompagnée d’une révélation inattendue, mais prévisible, qui fait de Target un film plus conservateur qu’on ne le croyait. En bref, hypocrite.
 
vincy

 
 
 
 

haut