Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 46

 
Elle s'appelle Ruby (Ruby Sparks)


USA / 2012

03.10.2012
 



RUBIS SUR CANAPÉ

Le livre Bye Bye Bahia



Film après film, la comédie romantique tend à prouver (plus ou moins brillamment) que deux êtres n’ayant en apparence rien en commun sont en réalité faits l’un pour l’autre. Avec leur nouveau film, Jonathan Dayton et Valerie Faris, les créateurs de Little Miss Sunshine, s’évertuent à démontrer le contraire : deux individus trop semblables ont peu de chance de rester ensemble. Dans cette nouvelle variation du mythe de Pygmalion (écrit par Zoe Kazan, qui interprète le personnage de Ruby), le personnage masculin façonne en effet sa petite amie selon ses propres goûts, souhaits et désirs. Or, plus il tente de la rendre "parfaite", plus il met en péril leur couple.

Le scénario exploite ensuite méticuleusement cette idée de départ loufoque en étudiant la manière dont le héros utilise son "pouvoir" pour gommer toute altérité chez Ruby et faire d'elle un double de lui-même, seulement heureuse avec lui, et privée de vie propre. Malicieusement, on voit que le personnage tente au départ de laisser son libre arbitre à la jeune femme. Il choisit de faire des concessions pour la garder. Mais, très vite, la tentation de la modeler à sa guise est la plus forte.

Sur ce plan, on pourrait reprocher au film de ne pas oser aller très loin (les "modifications" réalisées par Calvin sur sa compagne ne sont guère audacieuses) s'il ne finissait pas par entraîner le récit vers une tonalité plus sombre, presque tragique, où la créature se retrouve confrontée à la toute-puissance et à la cruauté de son créateur. L'espace d'une séquence violente et cynique, Elle s’appelle Ruby dépasse ainsi soudain le cadre de la comédie sentimentale pour s’engager sur un terrain à la fois plus profond et plus complexe, celui de l'emprise que l'on cherche à avoir sur les gens que l'on aime. La toute puissance du personnage principal évoque symboliquement le désir secret de nier l'identité propre de l'autre pour le fusionner avec nous-mêmes. Comme un individu hybride qui obéirait à nos fantasmes les plus fous. Mais dans la réalité comme dans le film, cette réification de l'être aimé conduit à l'effet inverse et rend les deux protagonistes aussi malheureux l'un que l'autre.

Avec une écriture fine et incisive qui fait la part belle à la dérision et à la légèreté (notamment dans l'utilisation des personnages secondaires qui aèrent l'intrigue principale), le film se révèle une fable douce-amère sur la recherche de l'âme sœur doublée d'une réflexion troublante sur l'alchimie mystérieuse qui conduit à une véritable histoire d'amour. Paul Dano est soigneusement ambivalent en amoureux transi prêt à tout pour garder la femme qu'il aime, quitte à devenir franchement inquiétant. Face à lui, Zoe Kazan casse le cliché de la femme idéale en apportant à Ruby un physique relativement atypique et un brin de folie qui la rend plus humaine que fantasmée.

Confirmant la bonne impression laissée par Little Miss Sunshine, Jonathan Dayton et Valerie Faris poursuivent donc leur travail de réinvention de la comédie américaine en alliant une vraie maîtrise cinématographique et scénaristique (à l’exception de l’épilogue, trop facile) et une observation fine de la nature humaine en général. C’est sûr, ce Ruby sparks (en VO) va faire des étincelles.
 
MpM

 
 
 
 

haut