Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Le huitième jour


Belgique / 1996


 



LE HEROS DE JACO





Les Néologistes du monde devront cuisiner de nouveaux mots pour définir "charmant" après avoir vu le Huitième Jour de Jaco Van Dormael, l'histoire d'un innocent affligé du syndrome de déficience mentale, qui apporte de la chaleur, de l'humanité et de la couleur dans la vie grise d'un homme d'affaires qui étouffent ses sentiments.
Pas assez cynique pour les cinémas d'art et d'essai, le film, par sa générosité aura sa place auprès d'un plus large public. Ici, et beaucoup plus que dans Toto le Héros, nous retrouvons les traces de l'ancien clown et directeur de théatre pour enfants, puisque Van Dormael invente en chansons et en moments d'exhubérance tout droit sortis d'une comédie musicale. Le film a ses mérites, et l'un d'entre eux est la performance extraordinaire de Pascal Duquenne.
L'histoire de deux mondes opposés est loin d'être originale, Le Huitième Jour est néanmoins une réussite technique considérable. Il impressionne avec son audace stylistique, son invention visuelle, son éblouissante utilisation des couleurs et sa variété d'émotion. Le vrai noyau du film est Duquenne. Son humour, son énergie, inévitables, sont communicatifs, et sa souffrance à chaque signe de rejet est génialement perceptible.
 
vincy

 
 
 
 

haut