Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Goltzius et la Compagnie du Pélican (Goltzius and the Pelican Company)


Royaume Uni / 2012

05.02.2014
 



LA CHUTE DANS LE TEMPS





«- En passant au nouveau testament, j’avais faussé la donne ».

Un OVNI. Peter Greenaway en est devenu coutumier. Sa dernière œuvre est un cocktail étrange, baroque même, de théâtre, vidéo expérimentale, traité théologique, et de pur cinéma. En revisitant mythes et péchés originels, l’érudit cinéaste déroutera et déconcertera les curieux. Pourtant, son film mérite qu’on s’y attarde un peu.

A partir de trois angles de vue – un fil conducteur (la production d’une création artistique), la transposition des mythes par le spectacle et la réaction des spectateurs – Peter Greenaway s’interroge sur l’avenir du cinéma (avec une esthétique proche du jeu vidéo tout autant que de l’art pictural et une mise en scène théâtrale), la liberté de création (forcément compromise par le droit de regard de ceux qui la finance) et la liberté individuelle (utopie mise à mal par les dogmes idéologiques).

Explorant ainsi tous les tabous de notre société - voyeurisme, inceste, sodomie, adultère et autres prohibitions sexuelles – le cinéaste créé une dialectique avec les censeurs. Greenaway les nargue, car ils existent toujours, avec un formalisme sans pudeur : la nudité n’est pas cachée, les sexes mâles sont en érection. Avec cette chair ostentatoire et cette provocation intellectuelle, le cinéaste pointe l’obscurantisme, l’hypocrisie et la décadence des puissants. La pomme si pure croquée par Eve devient pourrie au Royaume des nantis.

La tentation de la luxure, de la possession l’emporte sur tout humanisme, tout respect des droits de l’homme. L’œuvre n’est pas seulement païenne, puisqu’elle nous emmène dans un univers mêlant antiquité, moyen-âge et science-fiction. Une sorte de parabole où les civilisations mélangées nous renvoient à notre époque, assumant davantage la mutilation ou la torture physique au nom d’un pouvoir sans contraintes que la sexualité, la liberté de penser, l’athéisme. Greenaway affirme qu’il faut déranger et faire réfléchir, bousculer et contredire plutôt que de se soumettre et se laisser dicter son mode de vie.

Avec sa mise en scène aussi intrigante que naturiste, le cinéaste anglais réussit à appliquer un formalisme qui illustre parfaitement son propos. Il se singularise aussi. Cette radicalité échappera à beaucoup. Pourtant, ni prétentieuse, ni exagérément distante, le film vulgarise simplement les dangers qui menacent nos vies, à commencer par le pouvoir politique de la religion. Il ose une œuvre blasphématoire, qui, même si l’on est choqué ou en désaccord, est salutaire. « Il ne peut y avoir de discussion sans contradiction » conférait Cioran (dont de nombreux titres d’ouvrages pouvaient donner le nom de ce film). Greenaway en apporte une démonstration éclatante.
 
vincy

 
 
 
 

haut