Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
Mille Soleils


France / 2013

02.04.2014
 



SUR LES TRACES DU PASSE





« J'ai interprété un rôle, mais après le film je me suis perdu. »

Quarante ans après le film de Djibril Diop Mambety, Touki Bouki, c'est au tour de Mati Diop, la nièce du réalisateur, de s'emparer de cette œuvre fondamentale, qui raconte l'histoire de l'Afrique. Dans Mille Soleils, Mati Diop met à nouveau en scène Magaye, le héros de Touki Bouki, sexagénaire sans le sou qui erre dans les rues de Dakar, en compagnie de ses vaches. Cet homme, comme son personnage, a laissé partir l'amour de sa vie, Anta, à Paris. Dès lors, la distance entre fiction et réalité est abolie.

En ressuscitant cette histoire, en l'ancrant dans un Sénégal moderne, souillé de débris, de sang, et de pauvreté, la réalisatrice pose la question de l'héritage. Magaye assiste à la projection de Touki Bouki, se voit sur l'écran, plein de vie et d'idéaux, à l'image des jeunes Sénégalais qui se moquent de lui : « Réveillez-vous, monsieur ! Ce n'est pas vous sur l'écran, vous rêvez ! » Le réveil a en effet bien lieu. A soixante ans, Magaye n'a jamais quitté Dakar. Au moment fatidique, quarante ans plus tôt, il n'a pas voulu. « Touki veut dire voyage, et toi, tu fais du sur place » lui lance même un de ses amis après la projection. Un jeu de mise en abyme qui permet à Mati Diop de souligner la puissance de l'instrument cinématographique.

Documentaire ou fiction ? Idéalisation du passé ou rejet du présent ? Le film se situe dans un entre-deux qui n'appelle aucune résolution. C'est précisément son sujet et sa grande force. Il y a quelque chose de magique par ailleurs dans ce titre, Mille Soleils. Désigne-t-il l'image scintillante de l'écran et ses couleurs saturées ? Évoque-t-il le soleil couchant de Dakar ? A moins qu'il ne fasse référence à ce procédé – digne d'un alchimiste – qu'est la projection, qui permet de ramener les choses du passé à la vie.
 
Emeline

 
 
 
 

haut