Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Les poings contre les murs (Starred Up)


/ 2014

04.06.2014
 



FIST & FURIOUS





Les poings contre les murs offre un nouveau souffle aux films du genre. Porté sur les lourdes épaules musclées d'un Jack O'Connell magistral et déroutant, ce film est une véritable bombe en milieu carcérale.

Dès la première scène nous voici immergés dans le bain. Un jeune homme menotté puis déshabillé et fouillé au plus profond de son être fait son entrée en prison. Eric à 19 ans et contrairement aux jeunes de son âge, il n'arbore pas les bancs de la fac mais ceux de la maison de correction. Délinquant instable et violent, il est transféré dans un centre pénitentiaire pour adultes. Jeté prématurément dans cet univers agressif, il y retrouve Nev, son père, incarcéré aussi. Père qu'il n'a pas vu depuis ses 5 ans. Autant vous dire que leur relation est loin d'être une relation papa/enfant classique et revisite l'exercice pourtant abordé de multiples fois au cinéma.

Les poings contre les murs ne montre pourtant pas uniquement l'enfer carcéral et la violence d'un jeune adulte derrière les barreaux. Le film est également un drame social et familial. C'est ce mix qui fait toute la beauté du film. On passe ainsi de Prison Break (pour les bastons à répétitions) au Cercle des poètes disparus (à travers les réunions anti-violence) tout en étant bercé par cette relation père/fils vouée à l'échec et fouettée par les attaques entre détenus (jusque sous la douche). Pris à bout de bras pendant tout le film, on en perdrait notre liquide lacrymal tant nos yeux sont ébahis pendant plus d'une heure. David Mackenzie (qui ne nous avait pas habitué à tant de maîtrise dans ses précédents films) signe ici un véritable petit chef-d'oeuvre, un plaisir de la rétine à la violence incandescente. L'histoire, les répliques ou encore la manière dont les scènes sont filmées, rien est laissé au hasard. Tout cela servi avec des acteurs plus que talentueux, en particulier le bad sexy boy Jack O'Connell.

Son visage à la fois enfantin et durcit par la vie (il a vécu dans une famille plus que modeste et a perdu son père en 2009) est rebelle mais classe. Dans Les poings contre les murs, son interprétation est impressionnante. On sent que Jack s'est donné corps (nu souvent) et âme dans ce rôle. L'acteur britannique aux origines irlandaises offre une prestation magistrale et sans clichés. La force qui émane de l'acteur rend son personnage plus intense, et même époustouflant.

Il fallait une telle incarnation pour que l'aspect documentaire se mue en en fiction observatrice, quasiment clinique. Malgré toute la dureté du film, il y a des éclats de lumières, des fulgurances positives qui ne le rendent pas binaire ou même monochromatique. Le genre est respecté, mais il est nuancé, enrichit, de multiples détails réalistes et utiles pour le récit. L'homme a ceci de supérieur à l'animal qu'il peut survivre même en milieu hostile. Ici la rédemption n'est pas le propos. Il s'agit plutôt de l'émancipation. Le fils par rapport au père, le prisonnier par rapport à son environnement. Bien sûr cela nécessite du pragmatisme, des concessions. Mais cette immersion nous aura tellement happés qu'on n'en ressortira pas indemnes. Comme si nous avions été touchés par une déflagration dont le choc nous aura sonnés.
 
cynthia

 
 
 
 

haut