Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
God Help the Girl


Royaume Uni / 2014

03.12.2014
 



GIRL IN PEACETIME WANTS TO DANCE





«Tu vas avoir besoin d'un groupe!»

La jolie Ève rêve de percer dans la musique mais avec ses longues journées en hôpital psychiatrique, il est difficile de faire entre sa voix. En effet, Ève refuse de se nourrir, souffrant d'anorexie, mais sa rencontre avec un jeune guitariste va bouleverser sa vie tout comme celle de nos oreilles. D'un mal être va peut-être naître une renaissance. C'est l'originalité de ce film, signé par le leader du groupe Belle & Sebastian: une oeuvre chantante, mélodieuse, douce et envoûtante.

Filmé comme une comédie/drame musical(e) des seventies, God help the girl est l'agréable ovni de la semaine. Drôle et sensible, il plaît autant à la rétine qu'aux tympans, au point de nous donner envie de pousser la chansonnette également. Ça ne va plus plus loin que ça: un film pop, acidulé, une succession de clips assemblés autour d'un récit simple. Adapté d'un album concept, on assiste à une transposition en images de chansons entêtantes.

Cela manque d'incarnation, de distance, d'un regard particulier. Mais il y a Emily Browning (Sucker Punch, Sleeping Beauty), magnifique perle dans cet univers un peu artificiel, apportant ce qu'il faut d'émotion dans un film qui nous touche plus par sa musique que par son aspect dramatique.
 
cynthia

 
 
 
 

haut