Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Les animaux farfelus


France / 2015

07.10.2015
 



BÉBÊTES ANIMÉES





Les animaux farfelus regroupe six courts métrages indépendants qui ont été réunis par UFO distribution dans le but de proposer aux enfants à partir de deux ou trois ans un programme éclectique et varié construit autour d’animaux peu banals auxquels il arrive des aventures prétextes à rire, frémir ou s’interroger.

C’est aussi l’occasion de montrer au jeune public que le terme « animation » recouvre différentes sortes de techniques cinématographiques, parfois même utilisées dans le même film. Le lapin et le cerf de Peter Vacz, raconte par exemple comment un cerf, jusque-là dessiné sur une feuille avec son copain lapin, se transforme en être de pâte à modeler contraint d’évoluer dans une autre dimension.

Cette cohabitation des deux plans et l’opposition entre "plat" et "volume" sont une source inépuisable de questions pour les petits spectateurs, mais permettent surtout d’intéressants effets visuels et un jeu poétique sur le vivre-ensemble dans deux mondes parallèles. Plein d’inventivité et de fantaisie, Le lapin et le cerf est probablement le film le plus riche de la sélection, qui séduit à la fois les adultes par sa complexité quasi métaphysique et les enfants, plus attachés aux conséquences du changement d’état du cerf. Un dossier pédagogique très réussi accompagne cette œuvre primée à 120 reprises dans le monde entier.

A ses côtés, on peut mentionner Les chats chantants de Miran Miosic, fable pleine de tendresse sur un petit chat ne sachant pas chanter, 5 mètres 80 de Nicolas Deveaux, où des girafes modélisées par ordinateur s’adonnent au plongeon acrobatique, et Oktapodi de Julien Bocabeille, François-Xavier CHanioux, Olivier Delabarre, Thierry Marchan, Quentin Marmier et Emud Mokhberi, qui met en scène des poulpes bien décidés à ne pas se laisser manger.

A voir les mines concentrées et ravies des bambins devant ce déluge d’images, de mouvements et d’émotions, le pari est réussi pour UFO. Bonne nouvelle, les parents passent un bon moment eux-aussi. Sauf peut-être lorsque les lumières se rallument et que commence la longue litanie des questions plus ou moins embarrassantes, du type : "Mais qu’est-ce qu’il voulait faire avec les poulpes, le monsieur ?". Là, pas de document pédagogique pour vous aider, mais toujours la possibilité de vous arranger un peu avec la vérité…
 
MpM

 
 
 
 

haut