Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 34

 
Merci patron!


France / 2016

24.02.2016
 



L'ARNAQUE





"Rackettez bien les PDG alors !"

Les familiers d’une presse contestataire, engagée et indépendante, connaissent déjà François Ruffin, ancien de "Là-bas si j’y suis" sur France Inter et créateur (en 1999) de l’excellent journal alternatif Fakir dont le slogan est "Journal fâché avec tout le monde. Ou presque". Autant dire que la perspective de le voir passer derrière la caméra a dû occasionner quelques insomnies et crises d’urticaire (dans l’entourage du patron de LVMH Bernard Arnault, par exemple) et provoquer une excitation gourmande chez ceux pour qui l’indépendance d’esprit, la dénonciation des injustices et l’engagement ont encore un sens.

Ce qui est formidable, c’est que Merci patron va mettre tout le monde d’accord en répondant aux attentes des deux camps avec le même talent. Il raconte en effet comment Jocelyne et Serge Klur, d’anciens salariés d’une usine rachetée par LVMH puis fermée pour cause de délocalisation, essayent d’obtenir réparation auprès de Bernard Arnault en le menaçant de perturber l’une de ses manifestations à destination du grand public. Non seulement c’est un incroyable pied de nez à destination des puissants et de leurs petites tambouilles minables pour engraisser leurs actionnaires et sauvegarder leur image, mais il s’agit aussi d’une véritable leçon de riposte individuelle face à la violence sociale.

David contre Goliath

Car, sous ses airs potaches, ce que montre le documentaire ahurissant de François Ruffin, c’est qu’il est possible de faire plier (et payer) une société comme LVMH. C’est-à-dire de la manipuler et surtout de lui faire peur. Une victoire évidemment symbolique (on jubile avec le réalisateur lorsqu’on se rend compte que ce que craignent le plus les grosses huiles de LVMH, ce ne sont pas Médiapart ou Libération, mais bien le journal Fakir et ses 15000 exemplaires), mais aussi très concrète, sous forme de compensations financières et d’un CDI. Peut-être est-ce, au vu des quantités de personnes touchées par des licenciements économiques et souffrant des mêmes difficultés que les Klur, une simple goutte d’eau dans l’océan. Mais c’est surtout une démonstration brillante du mode de fonctionnement des grosses sociétés, et la preuve irréfutable qu’elles-mêmes se reconnaissent responsables des situations désespérées qu’elles engendrent. Avec ce film, c’est comme si le réalisateur avait réussi à faire admettre sa culpabilité à Bernard Arnault, face caméra.

Mais, si Merci patron est aussi jubilatoire, c’est aussi, au-delà de son aspect "David contre Goliath", grâce au style si particulier de François Ruffin qui, tel un Michael Moore français, n’hésite jamais à se mettre en scène, quitte à payer de sa personne. Jouant tour à tour l’avocat du diable (en l’occurrence de Bernard Arnault), la mouche du coche ou au contraire le faux benêt, il obtient de ses interlocuteurs une parole spontanée, rare, précieuse, qui se situe souvent entre révolte et émotion. Ainsi lorsque Jocelyne et Serge Klur avouent vivre avec 3€ par jour ou avoir mangé juste une tartine le jour de Noël, et qu’ils envisagent de détruire leur maison plutôt que de la perdre. Ce qui n’empêche pas le réalisateur, en contrepoint, de jouer également la carte de l’humour et de l’autodérision, prêt à prendre des risques personnels (déguisement et caméra cachée au programme) et assumant totalement sa position de leader des pieds nickelés face à la première fortune de France. Et même si l’espoir qui naît du film reste mesuré (car la brillante arnaque ne pourra plus se répéter), il rappelle utilement que l’organisation reste la clef de toute lutte. Pas besoin d’armes sophistiquées ou de moyens colossaux, un simple bluff, un peu d’astuce et un passage chez le coiffeur ont suffi à vaincre LVMH.

La victoire est possible

Retourner les armes du capitalisme contre ceux qui les ont inventées, il y a longtemps que François Ruffin s’y essaye, notamment en devenant actionnaire des sociétés auxquelles il veut se confronter, afin d’assister aux assemblées générales et faire entendre la voix des laissés pour compte. On peut déplorer qu’il ait fallu une action plus musclée et moins franche pour qu’il arrive enfin à ses fins. Mais, au fond, à qui la faute ? Et même si ce n’est qu’une bataille de gagnée, elle est capitale, car elle ouvre une brèche et permet une prise de conscience primordiale : la victoire est possible. Une alternative s’offre alors au spectateur : suivre l’acte II depuis un fauteuil de cinéma, ou y prendre part à son échelle. Chez Fakir, ils ont un proverbe : "A la fin, c’est nous qu’on va gagner". Chiche ?
 
MpM

 
 
 
 

haut