Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Sully


USA / 2016

30.11.2016
 



FLIGHT PLAN





«- Ce n’est pas un crash. C’est un amerrissage forcé. »

Ce Sully de Clint Eastwood a quelque chose de clinique. Entre le trauma psychologique de son personnage et le décryptage technique du crash évité d’un Boeing au dessus de New York, le film ne s’embarrasse pas d’un quelconque lyrisme. Ce qui ne signifie pas qu’il est dépourvu d’émotions. Tom Hanks incarne avec subtilité et nuances ce pilote qui a sauvé tout un avion et ses passagers et qui se voit suspecté d’avoir pris trop de risques et de ne pas avoir ramené l’airbus à bon port. Plus que son honneur, c’est sa compétence qui est bafouée par une enquête, où la compagnie aérienne, le constructeur de l’avion et les agents fédéraux cherchent à sauver leurs finances et leur réputation.

Le film ne manque pas de tension non plus. Eastwood a le sens du tempo et nous fait vivre plusieurs variations de ce court vol, où, à peine après avoir décollé, le biréacteur a perdu ses deux moteurs alors qu’il survolait New York. Il y a la vision du cauchemar (ce qui aurait du, pu se passer), le vol tel qu’il s’est déroulé, les hypothèses des experts qui mettent en cause les décisions du pilote et enfin l’expertise finale avec les paramètres « humains ».

On peut toujours voir différentes grilles de lecture : Eastwood qui vante l’expérience, l’instinct et la compétence d’un pilote un peu usé, vieilli, fatigué, mais qui sait ce qu’il fait, contre l’avis des « professionnels ». Ou un vibrant hommage à un héros, typiquement américain, avec un courage tout à fait patriotique , à l’image du mâle blanc que le cinéaste a toujours aimé filmer.

Toutes les pistes possibles

Le scénario est concis, sans oublier le moindre détail. Il est avant tout un pamphlet contre le tout-technologie, montrant que la technique a aussi ses failles et que l’humain peut, en les détournant, et avec un peu de chance, être meilleur que les simulateurs et procédures robotisées. « Ce n’était pas un jeu vidéo. C’était une question de vie ou de mort. » Le cinéaste, en signant un film presque froid rappelle qu’ils ont frôlé le crash fatal, et qu’ils reviennent d’un enfer gelé. Mais il souligne aussi que la vie tient à peu de choses : trente secondes, une intuition, une opportunité. 208 secondes qui ont tout changé pour 155 personnes.

D’ailleurs, même si ce n’est pas le sujet central dans l’histoire, mais que le générique de fin rappelle à juste titre, Sully est un vibrant hommage aux services publics, des conducteurs de ferries aux plongeurs en passant par les secouristes.
Sully n’est ni un grand film ni un biopic héroïque classique. Entre deux eaux, il navigue entre une œuvre parfaitement maîtrisée et une histoire vraie reconstituée mais offrant un réel point de vue.
Efficace et captivant, ce portrait d’un sauveur reste gravé dans les mémoires parce que le film est honnête, le sujet sincère, et qu’il n’a pas d’autre ambition que de révéler les failles humaines et de nous alerter sur l’emprise des technologies.
 
vincy

 
 
 
 

haut