Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Quelques minutes après minuit (A Monster Calls)


Espagne / 2016

04.01.2017
 



THE DREAMCATCHER





Ils sont nombreux ces films issus de la littérature jeunesse où un jeune enfant fuit sa réalité (divorce des parents, maladie, etc…) par la voie de l’imaginaire. C’est même sans doute la métaphore la plus éculée de ce genre d’histoires, et par conséquent des adaptations au cinéma. Finalement E.T. ou Peter Pan ou Le BGG ce n’est rien d’autre qu’un gamin qui s’échappe de ce sordide réel pour s’évader dans son propre monde.

Quelques minutes après minuit n’échappe pas à la règle et reproduit les codes du genre. Mais ici la fantaisie légère est délurée, le réalisme bien plus sordide que d’habitude (une mère pas loin de mourir) et la collision entre ces deux mondes rend certaines séquences profondément mélodramatiques, voire déchirantes. Intense, la fable est aussi sombre. Pas étonnant que le film soit produit par Guillermo Del Toro qui est un orfèvre dans ces cauchemars poétiques.

Ce film sur le passage – à l’adolescence, à la mort, à l’imaginaire – et sur la résilience (moins convaincant) est un conte spielbergien qui ne manque pas de caractère. Si le récit est convenu (disons que la métaphore est un peu évidente et le message un peu appuyé) et si la mise en scène efficace permet de tirer les larmes quand il le faut, c’est ailleurs que réside la magie de cette œuvre noire hybride.

Car la partie onirique est proprement stupéfiante d’inventivité, de beauté et d’effets visuels réussis. Précis et techniquement nickel, le film profite de ses audaces esthétiques et de sa richesse visuelle pour délivrer son message sur la transmission et l’accomplissement (deux notions liées l’une à l’autre).

C’est à la fois profond et sensationnel, intime et tragique, mélancolique et horriffique, nuancé et mû par la foi du premier degré. Si on ne devinait pas tant les intentions prévisibles de Juan Antonio Bayona, Quelques minutes après minuit aurait frôlé le chef d’œuvre, en étant à la fois bouleversant et universel.
 
vincy

 
 
 
 

haut