Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Wonder


USA / 2017

20.12.2017
 



NOTRE FILS, NOTRE BATAILLE

Le livre Bye Bye Bahia



« Je ne serai jamais un gamin ordinaire. »

Dans les faits, Wonder est le premier gros succès public en Amérique du nord pour Julia Roberts depuis 2001. Il est étonnant que l’ancienne reine de la comédie (romantique) américaine revienne en haut de l’affiche avec un pur mélodrame familial. Non pas que l’actrice soit illégitime dans le genre (elle a eu quelques succès en tirant les larmes des spectateurs). Mais a priori les spectateurs aiment quand elle éclate de rire de toutes ses dents (le fameux Julia Roberts Smile, qui ici a le droit à une apparition, malgré tout).

Wonder est donc la surprise de la saison au box office nord-américain, et le film qui redore le blason d’une de ses plus grandes stars. Pourtant le film de Stephen Chbosky n’a rien d’exceptionnel cinématographiquement. Mais il est incontestablement efficace. Et surtout il est rassurant. Pas simplement avec sa surdose de bons sentiments, ce vernis « feel-good » qui envahit les plateaux télés et les librairies avec experts, coach et apôtres de la méditation.

Zone de confort

Wonder rassure parce qu’il est exactement ce qu’on attend de lui. Une histoire émouvante, un message humaniste, un drame sur le ton de la légèreté, une apothéose glorieuse comme happy end. De l’amour, de l’amitié, de l’affection : tout y est. Nous sommes en zone de confort. Pas de twists, pas de tragédie, pas de méchanceté. Et puis cela réconforte aussi : à moins d’être profondément cynique ou sans cœur, on en sort en se disant que le monde est cruel mais pas totalement pourri.

Bon reprenons : une famille aisée new yorkaise a un seul souci dans la vie, le petit dernier proprement défiguré de naissance. Un Freaks aux yeux du monde. Un enfant ordinaire qui aime Star Wars, les sciences et souffre quand même de sa solitude. C’est l’année du plongeon dans le grand bain puisqu’il doit entrer au collège, autrement dit se confronter au monde. Wonder raconte cette année au fil des saisons. Mais le fil chronologique n’est pas le seul conducteur de ce scénario très classique, avec ses hauts, ses bas, ses trahisons, ses mensonges ou ses joies.
L’histoire est découpée en chapitres plus ou moins courts où l’on oriente le récit en fonction d’un personnage (le gamin, la sœur, le copain…). Malheureusement ce procédé n’a aucune utilité ici. Si le scénario bifurquait à chaque fois en changeant de point de vue (comme dans les séries La Gifle ou 13 Reason Why), ça aurait été justifié. Ici, très rapidement, le personnage secondaire est renvoyé à son statut de second-rôle (avec cet affront cinéphilique de nous frustrer quand Sonia Braga n’apparaît que le temps d’une seul scène).

Rires et larmes

Ce mécanisme artificiel est un ratage total pour la narration, comme une promesse non tenue. Mais cela ne gâche rien au reste. Car le réalisateur a du se rendre compte que le sujet principal suffisait amplement. Wonder n’est que l’histoire d’une déflagration : la naissance d’un bébé pas comme les autres et ses répercussions, plus ou moins violentes, sur son entourage. Bien sur ce qui le sauve et nous sauve c’est bien son sens de l’auto-dérision, l’empathie des parents, la douceur de la sœur. Et cette histoire trop belle pour être vraie où chacun trouvera son bonheur.

Aussi Wonder ressemble davantage à un conte de fée qu’à un mélodrame réaliste. Toute cruauté est vite atténuée. Toute douleur est vite gommée. Ici tout est affaire de réconciliations, avec l’autre comme avec soi-même. Là où l’on pensait bêtement que nous avions devant nous un film didactique sur l’acceptation de la différence, aux tonalités chrétiennes (supportons nos croix, traversons le calvaire), le film déroule en fait une autre morale universelle : aimons-nous les uns les autres. Le pire, c’est qu’avec un tel sujet, un tel personnage, et de tels acteurs (le couple Roberts/Wilson est l’un des plus glamours de l’année), ça fonctionne : on nous tire les larmes sans efforts. On peut reprocher beaucoup de choses à ce film très « factice » et trop prévisible sauf le fait d’être hyper-sensible.
 
vincy

 
 
 
 

haut