Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 24


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 66

 
Une saison en France


France / 2017

31.01.2018
 



QUAND ON N’A PLUS RIEN À PERDRE

Le livre Bye Bye Bahia



« Les morts ne reviennent jamais.»

Après un joli doublé en Afrique – Un homme qui crie, Grigris - Mahamat-Saleh Haroun s’invite en France avec son nouveau film.

Si Grigris pêchait par son optimisme légèrement naïf, Une saison en France semble teintée d’une désillusion et d’un pessimisme qui ternit son cinéma. On reconnaît son talent pour la fable universaliste. Ce film ne fait pas exception.

A partir d’une famille de centrafricains réfugiés en France et attendant leur droit à s’installer dans le pays, le réalisateur raconte le traumatisme de la guerre qu’ils portent sur leur dos, l’espoir d’une reconstruction et la violence de décisions dénuées d’humanité. D’exilés ils deviendront fantômes, comme la mère morte en Afrique, disparaissant dans la nature.

Ces nomades attendrissants cherchent l’impossible sédentarité. Mais Mahamat-Saleh Haroun décrit un environnement qui ne fait pas rêver : une France fermée sur elle-même, malgré quelques « gens biens » comme le personnage de Sandrine Bonnaire, impuissante à les sauver.

Il y a quelque chose que sait transmettre le cinéma de Haroun : l’amertume. Ce sentiment apparaît quand on voit cet ancien prof et son frère érudit faire des petits boulots alimentaires. Mais au-delà de cette rétrogradation, les personnages semblent habités par la résignation.

Malheureusement, l’histoire ne va pas beaucoup plus loin, manquant à la fois son angle romanesque, pourtant entrouvert, et son angle politique, en voulant à tout prix éviter le didactisme. L’amorce du récit est laborieuse. Et les rejets en série qui servent de ponctuation, ou de rebondissements, n’entraîne aucun élan dramatique.

La difficulté de bander des hommes, métaphore un peu trop visible de leur impuissance, n’est que l’illustration de cette atmosphère dépressive, où seules les injustices et la précarité réveillent le spectateur et le révoltent.

La disparition

Les misérables du XXIe siècle ont toute notre empathie. Malgré les tragédies qui les assomment, malgré l’indifférence qui les entoure, la mise en scène réussit à les « intégrer » dans notre paysage. Or, on sait bien, qu’ils ne sont pas intégrés. C’est tout le défi du réalisateur : faire un film naturaliste et réaliste même, en nous faisant croire à un joli conte.

Mais à trop désespérer, sans essayer de les sauver, à lancer des s.o.s de terriens en détresse, sans accepter d’aide, il fait de ces personnages des victimes trop faciles, proches de martyrs abandonnés par la République. Indésirables et invisibles, ils se taisent. Et nous laisse, comme le personnage de Bonnaire, avec le regard perdu dans le vide.

Une saison en France s’avère alors trop faible pour ce qu’il dénonce, trop gentil pour cette critique politique, trop aimable pour provoquer une prise de conscience. De ce film empli de bons sentiments et de bonnes intentions, il reste une tristesse infinie… qui aurait pu nous bouleverser.
 
vincy

 
 
 
 

haut