Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Ant-Man et la Guêpe (Ant-Man and the Wasp)


USA / 2017

18.07.2018
 



RETOUR VERS LE PRESENT





Trois ans après le premier Ant-Man, Peyton Reed est de retour à la barre et signe une très bonne suite, drôle et surprenante. Explications.

La famille avant tout

Parce qu'il a soutenu Iron Man et violé les accords de Sokovie (cf. Captain America : Civil War), Scott Lang est assigné à résidence pour deux ans Sans le costume d'Ant-Man, il profite au mieux des moments passés avec sa fille Cassie. Mais à la suite d'une vision, il reprend contact avec ses acolytes Hope van Dyne et le père de celle-ci, Hank Pym. Ils lui proposent une nouvelle mission (retrouver Janet van Dyne) qui nécessite qu'il fasse équipe avec Hope et son costume de la Guêpe.

A l'inverse de nombreux Marvel, la mission de cet Ant-Man 2 est rapidement explicitée. Voilà sans doute pourquoi le spectateur n'a que le choix de s'engager dans cette histoire qui mêle avec brio réunions familiales, perte de repères et beaux actes de camaraderie. Issu de l'esprit de Paul Rudd et de celui de Chris McKenna (scénariste de Spider-Man : Homecoming et Jumanji : Bienvenue dans la jungle, le scénario de Ant-Man et la Guêpe surprend par son dosage pertinent d'humour, d'injures et de scènes d'action.

En utilisant le thème de la famille pour légitimer une bonne partie de ses actes discutables, Ant-Man et la Guêpe parvient à créer un méchant (Ghost) presque aussi impertinent que celui de Black Panther, Killmonger. Campé par la Britannique Hanna John-Kamen, Ghost est en effet loin d'être le vilain caricatural et inintéressant que l'on retrouve dans trois films différents tous les ans. Son histoire, liée à celle de Hank Pym, propose une autre version de ce dernier.

Nouveau film, nouvelle tête d'affiche ?

Dès les premières minutes, le spectateur prend conscience des changements inhérents à ce second volet. En voyant la popularité du personnage de Hope, les producteurs ont visiblement voulu donner plus de répliques et d'opportunités de briller à Evangeline Lilly (Hope). Ce que l'on ne peut que les féliciter pour cela. Ainsi, ans Ant-Man et la Guêpe, l'actrice de 38 ans déjà vue dans Lost s'épanouit pleinement et aenfin le loisir montrer de quoi elle est capable. A tel point que l'on comprend mieux pourquoi son personnage figure dans le titre de cette suite particulièrement réussie.

Bien que Paul Rudd (Ant-Man) soit relégué au second plan dans ce nouveau film, son personnage est loin d'être inintéressant. A l'instar des Indestructibles 2, Ant-Man et la Guêpe inverse les rôles et présente le quotidien d'un homme qui, habitué à ne jamais être chez lui, doit réapprendre à utiliser l'espace dont il dispose. Sans aller jusqu'à dire que le personnage de Scott Lang a particulièrement évolué ou mûri entre les deux films, force est de reconnaître que le jeu de Paul Rudd est plus juste et que ses interactions avec Evangeline Lilly sont plus fluides et plus crédibles.

Un film fait pour le pop-corn

Grâce à des scènes d'action maîtrisées et franchement fun, Ant-Man et la Guêpe donne tort à ceux qui pense que cette saga est mineure dans le MCU. L'utilisation des différentes tailles des héros est plus intéressante que dans le premier volet et les ralentis font un bien fou. A tel point que le spectateur n'a d'autre choix que de faire abstraction des intrigues secondaires (le FBI qui traque Scott Lang et le malfrat Sonny Burch qui ralentit Hope) qui pourraient agacer.

Comique à souhait, Ant-Man et la Guêpe place en outre tous ses personnages féminins sous le feu des projecteurs. Hope est plus dynamique, Ghost fait office de méchant très solide tandis que Cassie ajoute une touche de tendresse loin d'être déplaisante. Sans donner plus d'informations sur les événements survenus and Avengers : Infinity War (l'action se déroule en parallèle), ce second volet convainc pleinement.

En définitive, Ant-Man et la Guêpe s'avère plus réussi et cohérent que son prédécesseur tout en offrant une superbe réunion de géants du cinéma américain (Michael Douglas, Laurence Fishburne, Michelle Pfeiffer).
 
wyzman

 
 
 
 

haut