Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Dragons 3: Le monde caché (How to Train Your Dragon: The Hidden World)


USA / 2019

06.02.2019
 



CRÉATURES CÉLESTES





«Je ne suis pas un démon. Juste un gars qui vient sauver des dragons. »

Il y a un voile de déception qui floute notre plaisir à retrouver les personnages de cette franchise DreamWorks. D’autant que les deux premiers Dragons avaient mis la barre très haute. De loin, il s’agit de la meilleure saga animée issue des studios, et elle garde son titre avec ce troisième opus, même s’il est un cran en dessous des autres.

Par sa constance, la série reste visuellement attrayante et les personnages sont toujours aussi attachants. Il est dommage que le scénario soit plus convenu, pour ne pas dire prévisible. Tout commence par une mission furtive pas très discrète en guise de prologue. Nos vikings traquent les chasseurs de dragons comme une ONG piègeraient des braconniers.
L’amorce est un mélange d’action classique et de dérision amusante. Un combat au long cours s’engage. D’un côté, un jeune roi, un peu tendre, d’un club « all-inclusive » paradisiaque et coloré où cohabitent son peuple et des créatures domptées comme des toutous. Il doute et doit se libérer de l’ombre de son père. De l’autre côté, un vilain jouissant du génocide des dragons, vivant dans un enfer brumeux et décharné, prison en pleine mer d’où s’échafaudent ses plans machiavéliques.

A cela s’ajoute une double romance qui dilue l’ensemble : celle du Roi et de sa promise (forte tête, car ici les femmes ont du caractère) et celle de son Dragon, une Furie nocturne aux airs félins, qui apprend, comme un ado, à séduire sa Furie éclair, malicieuse, presque fatale et assurément plus mature. C’est un récit d’émancipation, de libération, et d’initiation.

On devine qu’il s’agit de l’épisode des mariages. Evolution logique après l’enfance et l’adolescence des deux premiers opus. Tout le monde se renifle pour s’accoupler dans cette guerre de civilisation, d’exode, de protection (des espèces). Il y a des séquences assez drôles (notamment le rituel de la drague chez les Furies), des scènes visuellement époustouflantes (l’antre des dragons à la beauté irréelle) et des moments beaucoup plus creux (le ballet aérien dans l’orage). A trop vouloir être romantique, le film perd en intensité et devient un peu trop mièvre.

Vers l'émotion

La simplicité des enjeux, la faiblesse dramatique et l’absence d’évolution des personnages secondaires diminuent l’intérêt de cette suite. Impressionnant esthétiquement, le film se repose finalement essentiellement sur son héros, Harold, dont le handicap n’est plus le sujet et dont le duvet pousse un peu sur son visage innocent. Sa bravoure et ses maladresses, ses failles et son idéalisme contribuent beaucoup au plaisir de voir ce troisième film. Dragons 3 est sauvé par sa part sacrificielle et un épilogue sensationnel, plus que par son dénouement évident. L’amitié absolue domine ainsi l’amour « disneyen » des contes de fée.

La morale reste belle et on se dit qu’il s’agit d’une ultime aventure. Il n’y a plus rien à raconter, sauf à actualiser cette épopée nordique vers un combat réconciliateur avec la nature et le spirituel, entre les hommes et les mythiques dragons. Mais on serait gré aux producteurs de nous laisser avec cette jolie fin, qui clôt sagement une saga singulière.
 
vincy

 
 
 
 

haut