Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Downton Abbey


/ 2019

25.09.2019
 



NOBLESSE OBLIGE





« Voilà qui ne va pas nous faire économiser. Le roi et la reine viennent séjourner ici. »

Il est toujours délicat de transposer une série sur grand écran. On compte davantage d’adaptations manquées voire ratées que de réussites. Après 52 épisodes, quoi raconter du Manoir de la famille Crawley ?

Julian Fellowes, scénariste de la série comme de Downton Abbey, a imaginé une sorte d’épisode « royal », comme une ultime suite au final, en guise d’épilogue. Si bien que ce film a bien une élégance cinématographique mais son récit est bien télévisuel. Chaque acteur porte son intrigue, assez mince puisqu’il faut faire exister une douzaine de personnages principaux, et aucune n’interagisse entre elles. Seul le veuf irlandais Branson, pièce rapportée, a le droit à un traitement de faveur en passant du potentiel traître à la couronne au rôle de sauveur de la dynastie. Ce qui sert de fil conducteur est une visite du roi et de la reine dans ce « modeste » manoir d’aristos presque prolos (comprendre en bas de la hiérarchie parmi les nobles). Pas de quoi soutenir un drame.

Pourtant cela fonctionne dans son aspect divertissant.Downton Abbey a presque la saveur d’une sucrerie délectable (feel-good), avec cette pointe d’acidité nécessaire dès que Maggie Smith apparaît (elle hérite des plus belles répliques et du seul enjeu véritablement dramatique, en plus de s’offrir un face à face avec la parfaite Imelda Staunton). Sans aucune audace, hormis une furtive plongée dans le monde clandestin des homosexuels à la fin des années 1920, cette comédie sarcastique conserve malgré tout son ADN : des cuisines aux combles, des domestiques aux oisifs, les strates sociales sont (presque) traitées à égalité.

Julian Fellowes n’atteint cependant pas le niveau de Gosford Park, son chef d’œuvre scénaristique. En évacuant le contexte politique de l’époque, en simplifiant le passage à une ère supposée nouvelle, l’auteur s’empêche d’offrir à sa série le joyau qu’il aurait pu mériter. Les mesquineries, jalousies, hypocrisies peuvent amuser. Encore faut-il un arrière-plan qui enrichissent la surface. Au moins, le pouvoir est clairement du côté des femmes, tant les hommes semblent dépassés. Elles régentent tout et décident quand les mâles louvoient ou hésitent.

On pourrait alors croire que Downton Abbey est plus contemporain qu’il n’en a l’air. C’est à voir. On n’y parle amour, filiation, conventions, traditions. Ici, il ne s’agit que de légitimer le régime monarchique, seul capable de consolider le Royaume-Uni, quitte à justifier une vision de classe passablement dérangeante où les servants n’auraient pas le droit de s’émanciper tandis que les dominants trouveraient toujours les moyens de ne rien faire et de les exploiter.

C’est sans doute là que le film, sous son vernis de comédie de mœurs, cesse d’être aussi plaisant qu’il voudrait le paraître. A l’instar de ses personnages, Donwton Abbey nous séduit et nous amuse, mais le venin qu’il distille est bien plus amer. Fellowes n’a sans doute pas osé (ou voulu) changer l’ordre des choses. Mais, de manière plus surprenante, avec toutes ces révérences, son regard, à défaut d’être politique, n’est même pas critique. En cela, il a préféré la superficialité d’un bal où sont conviés ses personnages vénérés à une lutte de classes très classe. Downton Obey.
 
vincy

 
 
 
 

haut