Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Bad Boys For Life (Bad Boys 3)


USA / 2020

22.01.2020
 



HASTA EL FUEGO





« Même la Batmobile tient pas aussi bien la route. »

Dix-sept ans après Bad Boys, Will Smith et Martin Lawrence retrouvent leurs habits et bolides de Miami dans un nouveau volet à la hauteur des attentes !

Suite logique

Alors que Marcus (Martin Lawrence) se réjouit d’être grand-père et s’apprête à prendre sa retraite, Mike (Will Smith) devient la cible d’un mystérieux tueur, Armando (Jacob Scipio). Sous les ordres de sa mère Isabel Aretas (Kate Del Castillo), Armando blesse grièvement Mike, partie importante d’un plan vengeur. A contre-coeur, Marcus lance une équipe de l’AMMO (Advanced Miami Mero Operations) à la poursuite d’Armando.

Dès la séquence d’introduction, Adil El Arbi et Bilall Falah donnent le ton : Bad Boys For Life ne sera pas le petit frère bâtard de la saga. Un défi relevé tant le volet qu’ils réalisent s’inscrit dans la lignée de des premiers Bad Boys tout en apportant une nouvelle énergie. Grâce à un scénario écrit à six mains, le film des deux réalisateurs belges parvient à plaire aux néophytes grâce à des course-poursuites de haute volée, des blagues accessibles et de nouvelles recrues qui ne jurent en rien avec les deux héros. Comprenez par là que l’alchimie fonctionne dans ce groupe aux airs fast and furious-iens.

Et si la comparaison est possible, c’est précisément parce que la saga de Vin Diesel a toujours misé sur la bonne entente entre partenaires de crimes. Un principe que les Bad Boys de Michael Bay poussaient à l’extrême. Riche en rebondissements, Bad Boys For Life ravit également les fans de la première heure grâce aux retours de personnages adorés (le capitaine Howard, Theresa, Megan et Reggie), des guest-stars hilarantes (DJ Khaled et Nicky Jam) et de surprenants caméos (Michael Bay, Adil El Arbiet Bilall Fallah).

Cure de jouvence

Particulièrement solide techniquement (merci les 90 millions de dollars de budget), Bad Boys For Life offre une seconde jeunesse à un duo qui s’avère loin d’être has been. Complètement à l’aise avec son corps et son rôle de meilleur ami normal, Martin Lawrence s’éclate comme jamais et génère de véritables fous rires. En face, Will Smith est plus que touchant. Film de gros durs avec des gros flingues certes, Bad Boys For Life creuse ses personnages principaux et offre à voir des hommes plus matures et sincères que jamais.

Loin d’être beauf ou ennuyeux, le duo formé par les deux comiques séduit toujours autant. L’addition d’acteurs tels que Paola Nunez, Vanessa Hudgens, Alexander Ludwig et Charles Melton se fait en douceur et de manière suffisamment organique pour nous donner envie de voir le Bad Boys 4 déjà annoncé.

Boosté par une bande originale solaire et un fil rouge redoutable, Bad Boys For Life enchante les amateurs de buddy movie d’action et parvient à divertir davantage que les deux premiers volets. Et si ce n’était pas ça la vraie réussite d’Adil El Arbi et Bilall Fallah ?
 
wyzman

 
 
 
 

haut