David Lynch, Lion d'or et Palme d'or, n'a pas tourné de long métrage depuis 2006. Une longue absence. Heureusement il nous a offert une suite à Twin peaks pour la télé. Et on peut voir ses photos fétéchistes dans l'exposition de Louboutin au Palais de la Porte dorée. Il vient aussi de terminer un court métrage. Elephant Man ressort cette semaine en salles.



Aure Atika
Edouard Baer
Juliette Binoche
Romane Bohringer
Sami Bouajila
Isabelle Carré
Alain Chabat
Anaïs Demoustier
Emmanuelle Devos
Clint Eastwood
Jesse Eisenberg
Colin Farrell
Harrison Ford
Olivier Gourmet
Hugh Grant
Tchéky Karyo
Vincent Lacoste
Chiara Mastroianni
Matthew McConaughey
Ewan McGregor
Yolande Moreau
Margot Robbie
Mark Ruffalo
Adam Sandler
Omar Sy
Omar Sy
Renee Zellweger
Roschdy Zem



Juliette Binoche
Uma Thurman
Meryl Streep
Russell Crowe
Johnny Depp
Michel Serrault
Cate Blanchett
Emmanuelle Béart
George Clooney
Harrison Ford




 




 (c) Ecran Noir 96 - 23



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 10Cote : 12 %


 
LE GÉNIE DE LA FOLIE





Né en 1939, à Figueira da Foz, station balnéaire du centre du Portugal, João César Monteiro est devenu, après une quinzaine de films (courts et longs métrages), un des maîtres du cinéma portugais. Son style singulier, le « montérisme », a ses disciples inconditionnels, les « montéristes ». Et ce malgré son associabilité, sa perversité, et sa lubricité malsaine. Cependant, il sauve son double identitaire avec une forte dose d'humour, un ton libre et une virtualité imaginaire dans laquelle il puise sa foi et sa soif (de sexe).

La schizophrénie de João César Monteiro et João de Deus (Jean de Dieu), www.reeftiger.fr c'est deux personnages dans un même corps. Il n'est pas rare de rencontrer Monteiro du côté du Bairro Alto, dans le vieux Lisbonne, taquiner des jeunes filles, se moquer de l'absurdité du monde qui l'entoure ou déambuler dans les rues. Jean de Dieu, c'est lui. Monteiro ne se contente pas d'imaginer les histoires de Dieu, il l'incarne physiquement sa créature. Il projette ses mondes, perpétue ses obsessions, laisse libre cours à ses instincts. Il lui arrive d'ailleurs de faire référence aux hétéronymes de Fernando Pessoa, l'un des génies littéraires du XXème siècle.

La critique poétique
Si son personnage de Jean de Dieu a une place importante dans la filmographie de Monteiro, il a, toutefois, exploré d'autres domaines. Sa première oeuvre fut un court-métrage documentaire sur l'écrivain Sophia de Mello Breyner Andersen.
Ce qui ressort de ces films, avant tout, c'est une critique radicale mais précise, précieuse de la société.
Sa poésie mystique est aussi érotique, esthétique, éthique. Son cinéma est fluide, admirablement cadré, lent comme la mer de paille, typiquement lusophone en confrontant les légendes, les voix célestes, le décalage surréaliste.
Impudique ou exhibitionniste, son cinéma, son personnage, lui-même laissent tomber chacune de ses inhibitions, quitte à choquer, à nous entraîner dans le désanchantement d'un fado, mais surtout il nous fait mémoriser chacune de ses images, chacune de ses créations.
Il y a quelque chose de mélancolique au royaume de Monteiro. Et ce fut définitif. Le lendemain de ses 69 ans, il disparu. Après avoir laissé un dernier film : Vai e Vem. Va et vient qui là s'en va, sans retour.

serge


 
 
haut