Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 22






Emergence, laboratoire hybride entre star système et nouveaux talents

site officiel Emergence
Emergence, 7ème session / 2005
Fondation GAN

À SAVOIR

De 1999 à 2005, 795 dossiers de candidatures ont été réceptionnés et examinés.
54 projets ont été sélectionnés sur concours par emergence.
15 films ont été tournés dont 5 en tournage, post production ou prêt à sortir.
3 films sont en préparation (tous de la session 2005) et 10 en cours de financement. Notons que certaines films ont connu de très beaux parcours : Brodeuses, Depuis qu'Otar est parti, Podium et Satin Rouge, respectivement un Grand prix de la semaine de la critique,un César de la meilleure première oeuvre, un méga hit et un double prix au Festival de Seattle...

PROGRAMME
En marge, des projections gratuites ont lieu à Marcoussis, en plus de tables rondes.
Notons en particulier "Comment financer un premier film?" (25 avril) ou la diffusion de Sous le sable (27 avril) et Jeanne et le Garçon formidable (4 mai). Lieux de projection : Cinéma « Atmosphère » : Salle Jean-Montaru, Parc des Célestins - 91460 Marcoussis et Centre National de Rugby – Salle « emergence » : 3-5, rue Jean-de-Montaigu - 91460 Marcoussis










Un journée au coeur d'Emergence

Un jour (ensoleillé) pour découvrir cette nouvelle session d’Emergence. Une université d’été internationale du cinéma ? Bien plus encore. L’appellation manquerait presque de couleurs tant Emergence va et réussit bien au-delà. Un laboratoire de jeunes talents qui se découvrent et oeuvrent en parfaite synergie, une résidence d’artistes où échangent apprentis cinéastes, jeunes techniciens, comédiens et grands noms du cinéma français. Toujours sans le moindre enjeu financier depuis 1999 malgré un budget de 600 000 euros (merci au Conseil régional Île de France qui le soutient solidement), sans compter les presque 300 000 euros d'apports marchandises par des prestatatires...

Essai transformé
Nous l’aurons compris. Il s’agit là d’un vrai partage d’expériences, de plaisirs, de parcours, univers et langages... Simplement d’envies de cinéma avant comme après le clap, pour chacun des lauréats entouré de son équipe technique et artistique, pour Jean Cazès, Président d’Emergence qui nous reçoit en ce vendredi 5 mai 2006 au confortable Centre National de Rugby de Marcoussis (le QG), pour chacun des membres de l’association qui d’année en année continue de prendre son envergure, pour ces jeunes venus perfectionner leur œil à la mise en scène.

Variations sur le même t'aime
Il suffira de visionner l’étonnant travail qui a été fait cette année sur les "scènes imposées", série de variations sur un même thème - en l’occurrence "Reconciliator", séquence imaginée par Sophie Fillières - pour prendre la mesure de ce que représente concrètement Emergence. Que d’élans artistiques fourmillent en ces lieux !Bien sûr l'exercice de style est inégal. On se laisse séduire par la l'ironie de Bérénice André, malgré quelques maladresses. On note une référence à Blier dans ce discours noir et décalé chez Emmanuel Saget. C'est évidemment la version de Jean-Christophe Cavallin et Anne Feinsilber qui nous touche. Eux qui vont présenter le rimbaldien Requiem pour Billy the Kid au prochain festival de Cannes ont préféré marcher sur les pas de leurs pairs Rohmer, Téchiné, Truffaut... Coup de coeur, enfin, pour Marion Laine, avec son style visuel prononcé, excentrique et fantaisiste, tragique et coloré, entre Wes Anderson et Fassbinder, si on devait tracer un arbre généalogique...

Mire Laine
Justement. Marion Laine et son Cœur simple. Nous sommes sur les lieux de son tournage. "La vie humble d’une pauvre fille de campagne, devenue servante". Une histoire d’amours en trop plein. Direction le Château des Célestins, épatante école de musique située en peine verdure, pas loin des décollages de l'aéroport d'Orly… Au détour d’une allée, de petits escaliers nous mènent à une cave du XIIIème siècle, le décor principal d'une scène se éroulant au XIXème. Marina Foïs y tourne depuis plusieurs heures en costume d’époque, dans les règles de l’art. Le corset commence à se faire sentir. Peu importe, le plaisir est entier. L'idée que cette journée de travail, bénévole, puisse un jour devenir un vrai projet, l'emballe. Elle est aussi en suspens sur un autre long métrage, très dramatique. "Su les deux films se font, je suis une femme comblée. Si ça se plante j'ai les boules."

La cave se rebiffe
Bientôt arrivera Sandrine Bonnaire, souriante et simple. Elles ne se sont jamais rencontrées auapravant. Si un producteur est séduit lors des projections des "travaux" d'Emergence, ce sera l'occasion d'un duo inédit avec Bonnaire en servante et Foïs en bourgeoise. En surface comme dans ce couloir exigu redécoré en cuisine à l’ancienne sombre et lumineuse de cuivres, le timing est serré. Mises en place. Moteurs. Silence même en extérieur. Action. Echanges et concentration. Pause déjeuner sur herbe au CNR. Du plateau à la cantine, de ses heures en sous-sol à ces rares pause cigarettes (attention fumer tue!) à l’air frais, de ces parfaites robes d’époque à ce jean que Marina Foïs aura passé le temps de se restaurer, nos deux comédiennes resteront pétillantes.

Nouveau modèle économique
Pour chacun, l’ordre est au professionnalisme en toute convivialité. Sous le regard bienveillant d'Elizabeth Depardieu. Emergence, c'est son idée et c’est avant tout, une histoire de sensibilités, de volontés, d’ouvertures et personnalités mélangées. Le vrai point de départ de toute aventure, choix artistique. Personne ne chôme. Forme de Contrat Futur Projet. Car le cinéma, plus que jamais, revendique son impact économique et social, autant que culturel. Comme il est de plus en plus difficile de produire des premiers films, Emergence apparaît comme une étape essentielle et crédible pour débuter - et tant pis si l'on rate! - sans craindre les foudres des investisseurs et du box office. Ce qui n'empêche pas de parler avec Marina Foïs du résultat faramineux de Camping... Il y a évidemment une forme de foi à voir cette comédienne (re)connue donner une journée de son temps pour être là, entre deux baillements dus au décalage horaire. Le cinéma, heureusement, n'est pas qu'affaire de chiffres. C'est avant tout une passion partagée, perceptible à vue d'oeil au cours de cette belle journée.
----

EDITION 2006

Juste avant Cannes, en Île de France, Emergence installe sa 8ème session dans le temple des dieux du stade. Stage de formation devenu incontournable, avec ses figures libres et ses figures imposées, Marcoussis devient le temps de trois semaines un plateau de cinéma en ébullition.

Retenus (et surtout retenues puisque les deux tiers des projets sont féminins!) cette année par le jury présidé par Charlotte Rampling (aux côtés de Dominique Besnéhard, Emisabeth Depardieu, Denise de Casabianca, Pierre Chevalier, Gilles Sandoz, Philippe Rombi, Gilles Taurand et Olivier Thomas):

- Bérénice André (Peinards)
- Anne Feinsilber et Jean Christophe Cavallin (Sur les gouffres amers)
- Alain Gillot (Mon propre chemin)
- Marion Laine (Un coeur simple)
- Emmanuel Saget (Les grands s'allongent par terre)
- Lucia Sanchez (C'est rien, c'est mon père)

C'est la réalisatrice et scénariste Sophie Fillières ( auteur de Gentille, Un homme un vrai, Aïe) qui a écrit le scénario de la scène imposée.
Parrains de l'édition 2006 : Danièle Dubroux, Alain Corneau, Jean-François Stévenin, Olivier Ducastel et Jacques Martineau.
Ont été réquisitionnées pour les tournages : Sandrine Bonnaire, Marina Foïs, Nathalie Richard, Serge Riaboukine...





vincy, sabrina