Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  

Production : Richard Grandpierre
Distribution : UGC
Réalisation : Albert Dupontel
Scénario : Albert Dupontel
Montage : Christophe Pinel
Photo : Benoît Debie
Décors : Hervé Leblanc
Son : Jean Minondo
Musique : Alain Ranval
Effets spéciaux : Julien Meeters
Costumes : Nathalie Guermah
Maquillage : Valérie Thery
Durée : 88 mn
 

Albert Dupontel : Roland
Claude Perron : Marie
Nicolas Marie : Duval - Riché
Hélène Vincent : Madame Duval
Yolande Moreau : Gina
 

Site officiel
 
 
Enfermés dehors


France / 2006

05.04.06
 

BD filmée




"Et comment !!! La caméra est un outil très lourd mais très souple et que je ne me lasse pas de tripoter convulsivement."
Le casting
"C'est venu de partout et de tous les horizons !!! Chaque rôle, du plus grand au plus petit a été interprété par une flopée de virtuoses avec, cerise sur ma tarte à la crème, l'apparition de Terry Gilliam et de Terry Jones."
Les décors
"L'austérité high-tech des lieux de profits contraste avec l'exubérance "graffitesque" des lieux de désolation. Le chef déco (Hervé Leblanc) a fait des prouesses."
Le montage
2500 plans en 1h20 de film pour 850 tournés en 10 semaines ! Cette BD filmée implique nécessairement des choix de montage très radicaux et, sans tomber dans "l'over cutting", le rythme reste très rapide."
Les effets spéciaux, les cascades
"Il y en a beaucoup et on les voit peu, preuve qu'ils sont réussis. A la fin je ne savais plus ce qui avait été fait en studio ou à l'extérieur."
"Après avoir revendiqué de telles influences (Keaton, Chaplin...), je pouvais difficilement me débiner devant les scènes physiques qui m'attendaient. Je mentirais en disant que cela ne me faisait pas plaisir mais c'était difficile à gérer pour des raisons d'assurance et de surcharge de travail."
Enfermés dehors est le troisième long-métrage d'Albert Dupontel, après Bernie, en 1996 et Le Créateur, en 1999. Devenu célèbre sur scène, au contact du one-man show, ce comique aux allures de savant fou a parfaitement réussi le délicat basculement vers le cinéma. Peut-être parce qu'auteur avant tout, Dupontel s'est imposé comme acteur plus que crédible chez des cinéastes tels que Jacques Rivette, Paul Vecchiali, Jacques Audiard, Bertrand Blier ou encore Gaspard Noé.
Fidel en amitié, il s'est adjoint les services d'une très bigarrée galerie d'acteurs, dont beaucoup avaient participé à ses films précédents. Dans les rôles secondaires, voire les caméos, une belle collection de seconds couteaux du vieux canal : trois Deschiens (Moreau, Duquesne, Lochet), deux Moustique (les deux auteurs d'Aaltra : Delépine coupé au montage et Gustave Kervern), un Jackie Berroyer et un Gilles Gaston-Dreyfus (illustre acolyte improvisateur de Baer). Dans le rôle de la dulcinée mystérieuse, une autre habituée des incartades de Dupontel depuis Bernie, Claude Perron, qui partage aussi la vie du réalisateur.
 
in DP, Axel
 
 
 
 

haut