Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Enfermés dehors


France / 2006

05.04.06
 



QUAND L'HABIT FAIT LE MOINE





Dupontel est un mort de faim, un vrai allumé, un gamin hyperactif et, qu'on l'aime ou pas, ça fait plutôt plaisir à voir. Dans son dernier film, l'ex-comique de scène revendique à tour de bras les innombrables influences qui on formé son goût. A tour de bras ; c'est dommage. Tant va le style chercher ses principes ailleurs qu'à la fin il s'épuise.
C'est d'autant plus gênant que dans Enfermés dehors, les illustres auteurs qui ont animés la cinéphilie du réalisateur ne sont pas tant cités – comme ce fut le cas ces dix ou quinze dernières années, dans les cinémas du monde entier, versés dans le maniérisme – pas formellement cités donc mais plutôt évoqués stylistiquement, à travers un univers général, vague, digéré, aseptisé parfois, ou alors mal radicalisé...
Prenons l'exemple du décorum ambiant des squats et autres hangars abandonnés du film qui sont systématiquement surchargés – sans trop d'imagination d'ailleurs – d'une globuleuse atmosphère à la Terry Gilliam en kit, faite d'agglomération d'objets rouillés, plomberie visuelle un peu surfaite. A cet égards, le film perd en personnalité. Lorsqu'il se satisfait d'un bon repérage, des errements dans ces quartiers parisiens de derrière les palissades, Dupontel trouve son univers et le film son lieu.
Par ailleurs, pour ceux qui ne seraient pas amateurs des chutes et gags physiques à répétition, il sera fortement suggéré de faire abstraction d'une bonne partie du film. Ces "visuels" voulus keatoniens ne sont heureusement qu'une des facettes de l'humour multiformes de Dupontel. Même si celui-ci ne porte pas toujours, l'auteur a, en l'occurrence, l'immense qualité de rechercher la comédie pure ou du moins de ne pas cacher une écriture comique pauvre par un scénario de façade – penchant auquel cèdent bon nombre de "comédies" françaises (de celles qui arrachent péniblement trois sourires à son spectateur en une heure et demi). Avec ses bonnes intentions et sa sincérité, Enfermés dehors fait rire. La raison en est simple : Dupontel acteur est précis, honnête dans sa démarche et efficace. Reste aussi à saluer les apparitions de l'inévitable Yolande Moreau, toute en improvisation, et comme le dit Dupontel (à remarquer, à ce sujet, le dossier de presse entièrement rédigé par l'auteur) : "Immense, Monstrueuse, Sublime..."
Enfermés dehors, film se voulant méchant, mordant, se révèle finalement un invraisemblable mais plutôt agréable conte immature.
 
Axel

 
 
 
 

haut