Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  

Production : No money productions, GMT Productions
Distribution : Ad Vitam
Réalisation : Gustave Kervern, Benoît Delépine
Scénario : Gustave Kervern, Benoît Delépine
Montage : Stéphane Elmadjian
Photo : Hugues Poulain
Décors : Paul Chapelle
Musique : Gaëtan Roussel
Durée : 92 mn
 

Gérard Depardieu : Serge Pilardosse
Yolande Moreau : Catherine
Isabelle Adjani : l amour perdu
Anna Mouglalis : la jeune femme handicapée
Bouli Lanners : le recruteur
Benoit Poelvoorde : le concurrent
Dick Annegarn : le gardien de cimetière
Sine : le viticulteur
Miss Ming : Miss Ming
 

site internet du film
Les autres films des cinéastes
Actualités autour du film
 
 
Mammuth


France / 2009

21.04.2010
 

Berlin : A Berlin, où il était présenté en compétition, Mammuth a eu un certain succès qui ont beaucoup ri pendant la projection, et surtout lors de l’inénarrable conférence de presse qui a suivi. Le jury, lui n’a pas été sensible à l’humour décalé des Kervern-Delépine. Petit florilège.





La violence selon Gérard Depardieu : « Moi, ce que je trouve violent, c’est qu’un certain travail vous vole votre identité. Ce qui est violent, c’est la société qui enlève toute possibilité de communiquer. »

La genèse du projet par Benoit Delépine : « Nous sommes allés voir Gérard Depardieu sans scénario. Mais deux mois après notre rencontre, il était écrit. C’est aussi ça, le cinéma, des choses qui se font naturellement. Le film a été fait pour lui. S’il avait dit non, on aurait tout simplement fait autre chose. Gérard Depardieu a fait beaucoup pour nous et il l’a fait gratuitement. »

Mammuth par Gérard depardieu : « Le cinéma a de moins en moins de choses artistiques que j’aimerais défendre. Avant, il y avait de Sica et compagnie. Maintenant, il n’y a rien. Il faut être fort pour résister à une certaine masse. J’essaye de m’arranger entre la connerie et le pognon…Je me réjouis d’un rôle où il n’y a rien à faire sinon à être. J’étais très heureux de ne rien avoir à défendre sinon le défendre, lui. »
 
MpM
 
 
 
 

haut