Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  

Production : The Bureau, Glendale Picture Company
Distribution : Outplay
Réalisation : Andrew Haigh
Scénario : Andrew Haigh
Montage : Andrew Haigh
Photo : Urszula Pontikos
Son : Tim Barker
Musique : James Edward Barker
Directeur artistique : Lorna Dunn
Durée : 96 mn
 

Jonathan Race : Jamie
Chris New : Glen
Tom Cullen : Russell
Kieran Hardcastle : Sam
Sarah Churm : Helen
Vauxhall Jermaine : Damien
 

Rencontre avec Andrew Haigh
Page facebook du film
 
 
Week-end (Weekend)


/ 2011

28.03.2012
 

Venu présenter Week-end à Paris, Andrew Haigh a accordé une interview à Ecran Noir. Il a notamment livré quelques clefs sur sa manière de travailler, son positionnement par rapport au cinéma britannique et son expérience de monteur aux Etats-Unis :





Sur le tournage : "Le scénario était assez écrit, même si les acteurs ont improvisé un peu sur certaines scènes. Il y avait toujours une liberté pour eux d’essayer des choses différentes. S’ils changeaient un mot, ça n’était pas un problème. Je ne voulais pas qu’ils soient trop obnubilés par les répliques. Avant même de commencer à tourner, je savais que je voulais des scènes plutôt longues, avec peu de découpage. Pour les acteurs, c’est très agréable car on ne filme que depuis un seul point de vue. Ils peuvent essayer des choses différentes à chaque prise, et ne doivent pas se souvenir où était le verre quand ils l’ont pris… Pour moi, c’était important d’avoir cette liberté. C’est ce que je voulais depuis le début. Alors, parfois, c’est frustrant, parce qu’au montage, on se rend compte qu’on a une séquence brillante et qu’on ne peut pas l’utiliser parce qu’à la fin, il y a quelque chose qui ne va pas. C’est très énervant !"

Par rapport au cinéma britannique : "En Grande Bretagne, nous avons beaucoup de films de gangsters. Je ne sais pas s’ils sortent en France car ils sont très mauvais. Et puis il y a les films sociaux réalistes. Je ne suis pas sûr que mon travail entre dans cette catégorie même si dans une certaine mesure, il est réaliste et touche un sujet social. Pour moi, il est plus américain, même s’il raconte une histoire britannique."

Sur l'expérience américaine : "J’étais monteur assistant sur Gladiator. Et quand vous travaillez sur ce genre de film, il y a tellement de gens… Je n’étais même pas dans la pièce avec Ridley Scott ! Par contre, j’ai eu une autre expérience avec Harmony Khorine pour Mister Lonely et c’était vraiment enrichissant. Il était là avec nous tout le temps, il parlait de sa manière de travailler. C’était intéressant de voir comment il travaillait. C’est passionnant de voir les choix que fait un réalisateur, pourquoi il les fait, et la manière dont il construit son film. Ce genre de choses est primordial quand on veut faire des films. On réalise très rapidement qu’il y a plein de choses dont on n’a pas besoin. Que les spectateurs sont bien plus intelligents qu’on ne le pense quand on écrit un scénario. Quelque chose qui prend une page peut se traduire à l’écran par un seul regard. C’est ce genre de choses que j’ai appris."


 
MpM
 
 
 
 

haut