Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 23


Renn  

Production : Claude Berri
Distribution : Pathé
Réalisation : Frédéric Auburtin
Scénario : Laurent Touil-Tartour
Montage : Guy Lecorne
Photo : Willy Stassen
Décors : Christian Marti
Son : Pierre Gamet
Musique : Jean-Yves d'Angelo
Effets spéciaux : Frédéric Moreau
Maquillage : Turid Follvik
Durée : 95 mn
 

Gérard Lanvin : San Antonio
Gérard Depardieu : Bérurier
Valéria Golino : l'italienne
Michel Galabru : Achille
Barbara Schulz : Marianne
Robert Hossein : le ministre
Michèle Bernier : Berthe
Eriq Ebouaney : Jeremie Blanc
Luis Rego : Pinaud
 

les sites dur frédéric dard
 
 
San Antonio


France / 2004

21.07.04
 

Première vraie collaboration de ces deux Gérard de notre terroir (ils s’étaient croisés dans Le choix des armes, d’Alain Corneau), San-Antonio a tous les attributs du film d’été à la française. Cette comédie d’action, déjà assurée d’un certain succès auprès des nombreux amateurs du personnage de Frédéric Dard, bénéficie de la présence de valeurs sûres du peloton cinématographique. En effet, il faut ajouter au duo Lanvin-Depardieu, les participations de Barbara Schultz (Un aller simple), de Valéria Golino (Hot Shots, Respiro), Michèle Bernier, Michel Galabru, Luis Rego, Robert Hossein… On y ajoute la présence en bikini d’un casting féminin relativement anonyme mais assez engageant et tout est là pour attirer le chaland.




Laurent Touil-Tartour a acquit les droits de tous les San-Antonio peu avant le décès de Frédéric Dard. Il décide alors de rédiger son premier scénario pour le cinéma. Après deux ans et demi de travail, il présente son scripte à l’illustre Claude Berri qui accepte de le produire. Les velléités de mise en scène de Touil-Tartour sont mises à mal, suite à un désaccord avec la production. C’est alors que Berri fait appel à Frédéric Auburtin qui le remplace au pied levé.
Auburtin est une vielle connaissance du producteur-réalisateur puisqu’il avait été stagiaire, dix-neuf ans auparavant, sur Jean de Florette. Une relation de confiance s’était alors établie puisque le jeune homme fut, par la suite, promu assistant réalisateur sur Germinal et Lucie Aubrac puis sur l’Amant de Jean-Jacques Annaud (produit par Berri). San-Antonio est la deuxième réalisation au cinéma de Frédéric Auburtin, après Un pont entre deux rives.
Tous les moyens ont été mis à la disposition du réalisateur pour conformer le film d’été le plus crédible possible. Les moyens financiers notamment, permettant cascades, courses-poursuites et explosions de circonstance.
 
axel
 
 
 
 

haut