Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


DreamWorks  

Production : DreamWorks SKG, Stardust pictures
Distribution : UIP
Réalisation : Eric 'Bibo' Bergeron, Don Paul
Scénario : Red Elliott, Henry Mayo, Terry Rossio, Edmund Fong
Montage : John Carnochan, Vicki Hiatt, Dan Molina
Musique : Hans Zimmer, John Powell, Elton John
Directeur artistique : Paul Lasaine, Wendell Luebbe, Raymond Zibach
Durée : 89 mn
 

Kevin Kline : Tulio
Kenneth Branagh : Miguel
Rosie Perez : Chel
Armand Assante : Tzekel-Kan
Edward James Olmos : le chef
Elton John : le narrateur
 

site officiel
 
 
The Road to El Dorado (La route d'Eldorado)


USA / 2000

25.10.00
 

The Road to El Dorado se présente comme le deuxième coup d'essai de DreamWorks dans le domaine du long métrage d'animation dite classique. On retrouve à la tête de la production exécutive, l'incontournable Jeffrey Katzenberg, transfuge de chez Disney et co-fondateur du studio Dreamworks. Le projet fut initialement conçu dans les locaux de la souris aux oreilles rondes, mais Katzenberg l'emporta avec lui lors de son déménagement. On remarquera non sans suprise que l'action du prochain cartoon Disney, The Emperor's new groove se déroulera également dans la jungle sud américaine. Le monde est petit et les deux géants US semblent se délecter d'une perpétuelle mise en concurence. Cette dualité ne nous réserve pas forcément des surprises, ainsi Katzenberg nous ressert l'association musicale Elton John/Hans Zimmer/Tim Rice du Roi lion (fructueuse puisqu'oscarisée), florilège de son passé chez Disney.




On retrouve au générique d'Eldorado une partie de l'équipe des animateurs français ayant planché sur Le Prince d'Egypte et issus pour la plupart de la célèbre école d'arts graphiques des Gobelins. Eric Bergeron se retrouve même propulsé à la tête du projet puisqu'il co-réalise le film avec Don Paul.
A la pointe de la technologie, La route d'Eldorado marque un accomplissement technologique dans le mariage visuel de l'image 2D et 3D (entièrement calculée par ordinateur).
Par soucis de cohérence, la production a réuni un casting d'acteurs latinos pour doubler les personnages amérindiens. Ce soucis du détail ne s'étend pas aux personnages espagnols qui sont eux doublés entre autres par le très british Kenneth Branagh...  
 
petsss
 
 
 
 

haut