Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Président


France / 2006

20.09.06
 



PASSATION DE POUVOIR





«- Vous n’êtes pas le meilleur, vous êtes le seul. »

Bien que la mise en scène soit habilement maîtrisée, il ne faut pas se détromper : Président est avant tout un film d’acteurs. De ce côté, le casting est particulièrement réussi. Dupontel porte le film sur ses épaules et propose un jeu savamment dosé, alternant décharges de colères et sériosité avec une attitude impénétrable, en donnant l’impression de ne rien laisser au hasard et de tout contrôler. Impossible de s’échapper de sa présence, aussi bien pour les personnages que pour les spectateurs. Toujours dans une tonalité sérieuse, Claude Rich est admirable dans son rôle de parrain, le monsieur force le respect. Jackie Berroyer, lui, apporte un contrepoint à l’ensemble en étant drôle et décalé. Le plaisir est clairement du coté de ce triptyque.

L’histoire, elle, est plutôt bien menée. Les pièces du puzzle sont mis à disposition du spectateur par petits bouts, ce qui permet au réalisateur/président de bien diriger son suspens. Le personnage de Dupontel écope d’une dualité, en salaud sincère, héritier des années Chirac. Cette dualité lui est renvoyée par le jeune homme, Candide voltairien, facilement dégoûté par le pouvoir. Mais, tel Icare, et avec une bonne dose de non imagination, plus il s'approchera physiquement du Président et de cette notion abstraite de pouvoir, plus il sera soumis à une forme de fascination.
Le film mélange les tons. D'abord, très sérieux, semblable au milieu dans lequel nos personnages évoluent (costard cravate) où l'on se retient presque de tousser. Mais le thriller politique impose son jargon et ses clefs, qui pourront rebuter les non initiés. Entre manigances, pouvoir et manipulations, Président comporte son lot de rebondissements, une histoire palpitante dans un enrobage classique, mis en lumière, sans surprises par de brillants acteurs.
 
ninteen

 
 
 
 

haut