Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 22


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 37

 
Le créateur


France / 1999

16.06.99
 



LE NEGRE INVISIBLE





"- C'est la médiocrité des autres qui va vous donner du talent."

Le plus terrible pour un auteur, c'est de se retrouver devant sa feuille blanche et ne pas trouver l'inspiration. Et l'angoisse de la création est commune à tout un chacun (je ne connais que notre Rédacteur en chef pour ne pas avoir connu ce problème). Et le plus dramatique, c'est de rendre compte qu'on a oublié d'écrire une pièce de théâtre que tout le monde attend.

Ainsi, après la dernière représentation d'une pièce de théâtre qui a connu un immense succès, Darius (Albert Dupontel) est sous le choc. Un choc tellement important qu'il est emmené en maison de repos pour se remettre de ses émotions (trop fortes). En revenant chez, il apperçoit des affiches annonçant sa prochaine pièce. Mais il y a un hic: il a oublié d'écrire! Dur, dur. La comédienne principale a déjà été choisie: Chloé Duval (Claude Perron). Et elle n'a pas l'intention que son image en prenne un coup à cause d'un auteur peu consciencieux. Darius doit se dépécher. Si Molière a écrit Tartuffe en deux semaines, il peut en faire autant, lui l'auteur à succès dont tout le monde reconnaît l'immense talent.

Il espère trouver l'inspiration dans un bar. En rentrant chez lui, il est tellement saoul qu'il en oubli le code pour ouvrir la porte. "Quand on change le code on prévient", hurle-t-il. Cela sera l'une des scènes burlesques du film. Même si cette situation rappelle un des sketchs de Marc Jolivet, la farce fonctionne. En tuant accidentellement le chat du voisin, il lira le synopsis de sa pièce sur son ordinateur. Mais lui ne se rappelle l'avoir écrit. Magie? Il n'en sait rien. Mais, du coup, il choisi de tuer en croyant que cela suscitera l'inspiration au cours de son sommeil.

Il va tuer à tout va. Il devient un serial killer de l'écriture. Beaucoup de gens vont mourir de ses mains. Il se retrouvera, en songe, face à face avec Jésus. Ses délires dirunes et nocturnes doivent l'aider. De fait, la pièce s'écrit au fur et à mesure de ses méfaits. Sans qu'aucune explication rationnelle vienne expliquer cet état de chose. Et si ce n'est pas de la magie, c'est sans doute le Diable qui est derrière tout ça. Quelle ironie pour Darius alors que son frère est prêtre. L'univers quasi faustien est rendu à merveille: les couleurs, les ralentis, la musique, tout est terrible. Même Chloé est monstrueuse. Elle est prête à tout pour avoir sa pièce, pour avoir sa nourriture de fauve médiatique. Et elle va en quelque sorte dévorer ce pauvre Darius...

Qu'on s'entende bien: Le Créateur n'a strictement rien à voir avec Bernie, le précédent film d'Albert Dupontel. Néanmoins, les points communs entre ces deux films, c'est le désir de parler de choses dramatiques, et, également, de traiter deux personnages (Bernie et Darius) par rapport à leur combat contre la Mort. Ils se débattent contre l'inévitable. La vie est une course contre la Mort, et ce n'est pas le meilleur qui gagne. Le Créateur est donc une belle farce noire et onirique... un peu absurde et totalement lunatique. Un cinéma à la fois sitcom gore et farce muette. Un style qui n'est pas encore tout à fait aboutit. Mais il est suffisamment original dans le cinéma français pour qu'on s'en réjouisse.
 
chris

 
 
 
 

haut