s o m m a i r e

Intro, Edito
Carte et Films
Jusqu'en 1958
1958-1990
Depuis 1990
Cinéma d'ailleurs
Tourner à Paris
un americain à paris

le dernier tango à paris

everyone says i love you

Paris fait son cinéma

    VU D(AILLEURS

    Paris dans le cinéma étranger.
    Un seul mot est approprié pour résumer la vision de Paris par les cinéastes étrangers: Glamour.
    En effet, Paris a toujours dans le cinéma eu une image romantique, cité refuge des artistes maudits.
    Ainsi, la capitale est la ville des passions amoureuses et des amours contrariés. Un Américain à Paris (1956) de Vincente Minelli(1951) est l’exemple type de film donnant de Paris une image magique et rêvée. Cette comédie musicale enchanteresse a certainement renforcé le romantisme collant à la peau de Paris.
    D’autres films Hollywoodiens ont pris pour cadre la vie Parisienne, parmi ceux-ci Moulin Rouge(1952) de John Huston sur la vie mouvementée de Toulouse-Lautrec, Irma la Douce de Billy Wilder (1963) comédie avec Jack Lemmon et Shirley McLaine qui interprète une prostituée du quartier des Halles, Paris Blues de Martin Ritts(1961) , film culte sur des musiciens de jazz amoureux à Paris avec Paul Newman, Sidney Poitier, mais aussi Duke Ellington et Louis Armstrong. Ou encore La Grande course autour du monde, avec Tony Curtis, Jack lemmon et natalie Wood, dont le final traverse la capitale de Montmartre à La Tour Eiffel.

    Dans la dernière décennie, de nombreux films vont utiliser l’image romantique de Paris pour des comédies sentimentales, comme French Kiss de Lawrence Kasdan(1995), Forget Paris de Billy Crystal(1995) et bien sûr Tout Le Monde Dit I Love You(1997) de Woody Allen. La féerique danse entre Mr Allen et Goldie Hawn sur les berges de la seine, est l’une des plus belle scène romantique jamais tourné. Le cadre, Paris of course.

    D’ailleurs, cette image de Ville de conte de fée est renforcé par les films d’animations, récemment Anastasia (1998) et Le Bossu de Notre Dame de Paris(1997) ont émerveillé les enfants du monde entier.
    Paris peut être aussi le cadre de poursuite échevelé, comme dans le James Bond Dangereusement votre (1984) d’Irwin Kershner avec la fameuse baston au sommet de la tour Eiffel entre Grace Jones et Roger Moore (il avait repris le costume de OO7 pour l’occasion ...) ou dans Ronin (1998) de John Frankenheimer, et sa fantastique poursuite sur le périphérique parisien. Néanmoins Paris dans le cinéma étranger, reste un décor, une image d’épinal. La cohérence et le réalisme sont souvent bafoués. Par exemple dans French Kiss, l’héroïne interprétée par Meg Ryan, prend le train pour Cannes à La Gare de Lyon, s’en suit une traversée de la seine, puis des plans sur la place de la Bastille……
    . Fimer la capitale , n’est pas l’apanage des seuls américains, néanmoins la vision d’un Paris glamourisée demeure.
    C’est la Ville de la liberté , où tout est possible, sans contrainte comme dans Le dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci(1972) avec Marlon Brando.

    Récemment Métroland (1997) de Philip Saville, et La Buena Vida(1998) de Fernando Trueba montraient également Paris comme la ville des rêves les plus fous, de l’amour libre.


(C) Ecran Noir 1996-2000